Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Travail forcé des enfants et enfants travailleurs

©T Louapre
©T Louapre

La problématique du travail des enfants est plus complexe qu’il n’y paraît. Le BICE fait ainsi une distinction entre le travail forcé des enfants et les enfants travailleurs.

Dans le premier cas, le BICE condamne toute forme d’exploitation par le travail des enfants et lutte fermement contre les pires formes de travail des enfants. Elles doivent être éradiquées et leurs instigateurs poursuivis.

En revanche, nous œuvrons pour la reconnaissance des droits des enfants travailleurs lorsque pour des raisons sociales, économiques et culturelles le travail des enfants est incontournable mais adapté à leur âge et à leurs autres droits, dont celui de l’éducation, et qu’il est rémunéré à sa juste valeur.

Le BICE agit contre le travail forcé des enfants

Illustration par l’exemple : notre projet au Togo est conçu pour protéger 600 enfants par an directement et d’influer plus largement sur le problème au niveau national.

Accueil d’enfants victimes, mise en place de lignes téléphoniques d’urgence, sensibilisation du grand public et des médias, et actions de plaidoyer ciblées au niveau national et international figurent parmi les actions en cours.

Témoignage de Yao, enfant exploité sur le marché de Lomé au Togo

Défendre les droits des enfants travailleurs

Les cultures et la réalité socio-économique de certains pays nous imposent d’agir avec discernement sur la question des enfants travailleurs.

Il ne s’agit en aucun cas de de défendre le travail des enfants mais les droits des enfants qui travaillent.

Ainsi au Paraguay, nous avons mis en place avec notre organisation membre Callescuela un accompagnement quotidien qui touche 300 familles :

  • Soutien scolaire pour aider les enfants travailleurs à poursuivre leurs études
  • Formation et sensibilisation des groupes de parents et d’enfants travailleurs aux risques de violence et aux moyens de la prévenir
  • Organisation d’un service quotidien et communautaire de collations pour assurer un apport nutritionnel minimum aux enfants