Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Justice des mineurs en Colombie

©BICE Colombie 2015

En Colombie, la justice des enfants en conflit avec la loi (ECL) est encadrée par le Code de l’Enfance et de l’Adolescence adopté en 2006. Néanmoins, la mise en œuvre de ce code pose toujours problème et les conditions de détention en Colombie restent alarmantes.

Le Code de l’enfance et de l’adolescence prévoit, conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, que les enfants doivent être traités différemment des adultes et bénéficier d’une justice de réparatrice. Néanmoins, en 2015, le Comité des droits de l’enfant s’inquiétait toujours de l’absence de lois cadres permettant la mise en œuvre effective de ces mesures.

En 2015 toujours, le Comité contre la torture pointait, lui, du doigt les conditions déplorables d’incarcération dans les prisons colombiennes. Les prisons sont surpeuplées et des actes de torture ainsi que des mauvais traitements y sont fréquents. L’isolement, y compris l’incarcération dans des cellules punitives, serait toujours une mesure disciplinaire courante dans les centres pour les ECL.

En 2014, 173 000 adolescents sont passés par le système de justice pénale, dont 21,3% ont été condamnés à des peines privatives de liberté.

Le BICE agit pour une justice réparatrice

Dans ce contexte, le BICE travaille avec son partenaire, les Tertiaires Capucins, pour favoriser une justice restaurative qui permette aux adolescents de réparer les actes commis et de se réintégrer au niveau social et familial.

Les Tertiaires Capucins mènent 3 types de missions sur le terrain :

  • les 6 centres d’Orientation Juvénile qu’ils gèrent accueillent des ECL qui bénéficient de mesures non privatives de liberté. Les adolescents reçoivent un soutien psychologique, social et scolaire et leurs familles sont accompagnées pour faciliter leur réinsertion ;
  • des ateliers, des tables rondes et des formations sont organisés pour les acteurs de la justice afin de les sensibiliser aux mesures non privatives de liberté ;
  • les médias sont incités, à travers des campagnes de communication, une formation diplômante en justice juvénile et une publication sur le sujet, à adopter un point de vue plus objectif sur les ECL.

Les échanges sur les expériences et bonnes pratiques entre partenaires du BICE doit permettre de mener une action de plaidoyer au niveau national et international en faveur de l’adoption de mesures alternatives à la privation de liberté. Les Tertiaires Capucins s’en font l’écho en Colombie.

Activités du programme Enfance sans barreaux en Colombie

  • Aide à la réinsertion des Enfants en Conflit avec la Loi
  • Formation des éducateurs et travailleurs sociaux qui travaillent avec les ECL
  • Sensibilisation des acteurs de la Justice aux mesures non privatives de liberté
  • Intervention auprès des médias pour un traitement plus objectif des informations relatives aux ECL