Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Enfants en situation de handicap en Géorgie : projet « Changer une vie »

Enfants en situation de handicap en Géorgie : projet « Changer une vie »
©Women’s Union Rhea

En Géorgie, de nombreux enfants en situation de handicap mental, autrefois placés en institution, vivent désormais en famille. Mais le manque d’intégration sociale de ces enfants risque de les renvoyer en institution à l’âge adulte.

La Géorgie a été le premier pays de l’ex-URSS à mettre en œuvre le processus de désinstitutionnalisation.

Pendant la période de l’Union Soviétique, les enfants en situation de handicap mental étaient systématiquement placés dans des orphelinats, Dès 2005, la Géorgie a réintégré ces enfants dans leurs familles naturelles ou les a placés dans des familles d’accueil ou des foyers de type familial.

Cette désinstitutionalisation rapide a, malheureusement, été peu accompagnée. Les enfants ont souvent été placés sans être suffisamment préparés et sans que ce placement accéléré réponde nécessairement à leur intérêt supérieur. Les familles et les professionnels qui les ont accueillis n’ont pas été suffisamment formés et rencontrent, aujourd’hui, des difficultés dans la communication et la socialisation des enfants.

En outre, les enfants n’ont pas toujours accès à une éducation de qualité. Dès lors, les enfants risquent de ne pas développer leur plein potentiel et de retourner en institution à l’âge adulte.

Le BICE agit aux côtés des enfants en situation de handicap

Avec le projet « Changer une vie », le BICE et son partenaire Women’s Union Rhea vise à mieux accompagner les enfants handicapés « désinstitutionnalisés » et leurs familles.

L’objectif du projet est de faciliter la socialisation et l’intégration communautaire des 43 enfants, de 5 à 20 ans, en situation de handicap mental suivis dans deux centres de jour (Aspindza et Bolsnissi).

  • Une équipe multidisciplinaire a mené une mission d’évaluation au sein des familles pour identifier les besoins et les capacités de chaque enfant.
  • Un programme spécifique a été mis en place pour chacun afin de développer ses compétences professionnelles et lui proposer des activités adaptées.
  • Différents ateliers (céramique, feutres, couture…) ont été initiés dans les centres du jour, selon la thérapie occupationnelle.
  • Les professionnels et les accompagnateurs des enfants (familles, éducateurs, …) bénéficient de formations pour assurer une meilleure prise en charge de ces enfants.

Il reste encore en Géorgie deux orphelinats pour enfants handicapés où vivent près de 80 enfants qui n’ont pas bénéficié de la première vague de désinstitutionalisation. Le projet vise aussi à évaluer les besoins et les capacités de ces enfants et à identifier, en collaboration avec les autorités publiques, une solution alternative à l’institutionnalisation.

Activités

    • Développement des compétences professionnelles des enfants.
    • Identification et animation d’un réseau d’acteurs locaux qui participent à la socialisation des enfants.
    • Renforcement des capacités des familles et des professionnels accompagnant les enfants.
    • Elaboration pour chaque enfant d’un plan personnalisé favorisant leur intégration après leur majorité.

Voir aussi le projet « Changer une vie » en Russie.
Voir aussi le projet « Changer une vie » au Kazakhstan.