Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Enfants des rues au Paraguay

©Callescuela - Paraguay 2012

Au Paraguay, les enfants travailleurs sont nombreux. Parmi eux, certains vivent dans la rue où ils sont exposés à de nombreux dangers.

Ce phénomène remonte aux années 80, dans un pays ruiné par la dictature militaire. Aujourd’hui, on estime à 416 000 le nombre d’enfants et d’adolescents de 5 à 17 ans effectuant un travail, rémunéré ou non. Dans la région d’Asunción, la capitale, il existe environ 26.000 enfants travailleurs et/ou en situation de rue. (Source : Programa Internacional para la Erradicación del Trabajo Infantil (IPEC) de la Organización Internacional del Trabajo (OIT) y la Dirección General de Estadística, Encuestas y Censos (DGEEC) en 2013)

Ces agglomérations urbaines comportent toutes sortes de risques : drogue, délinquance, exploitation par le travail, exploitation sexuelle,… Et l’exclusion des enfants du système éducatif ne fait que renforcer leur marginalisation.  Face à ce constat, le BICE agit pour réinsérer les enfants travailleurs et les enfants en situation de rue et renforcer les liens familiaux et communautaires.

Le BICE agit aux côtés des enfants travailleurs

Depuis 2001, le BICE développe avec son partenaire local, Callescuela, des activités socio-éducatives pour les enfants vulnérables dans deux zones urbaines du Paraguay.

Dans un premier temps, Callescuela  identifie les enfants travailleurs ou vivant en situation de rue. L’organisation les accueille dans des centres, accompagne les familles et sensibilise les enfants à leurs droits. L’objectif est d’éviter un retour à la rue. Le projet vise également les familles et notamment les mères des communautés défavorisées.

Activités pour les enfants travailleurs au Paraguay

Plusieurs types d’activités sont proposés dans les Centres d’éducation populaire (CEP) pour les enfants de 6 à 18 ans. Ce sont également des lieux en sécurité où les enfants peuvent s’épanouir. Ainsi, Les CEP proposent :

  • des cours de soutien scolaire,
  • un goûter nutritionnel quotidien,
  • des formations professionnelles pour les plus âgés,
  • des activités pour les mères de famille,
  • régulièrement des repas qui réunissent l’ensemble de la communauté.

Les enfants sont aussi sensibilisés à leurs droits. En effet, ils sont formés par d’anciens enfants travailleurs ou en situation de rue et ensemble, ils font connaître et valoir leurs droits au niveau communautaire, municipal et national.