Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

19 février 2018 | 10:44

Carême 2018 : pour que la charité des hommes ne se refroidisse pas

Carême 2018 : pour que la charité des hommes ne se refroidisse pas

Le Carême 2018 a débuté mercredi dernier. A cette occasion, le Pape François a rappelé l’importance pour tous les hommes de mener une vie tournée vers le don à l’autre et la quête de l’essentiel.

« A cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira. » C’est par cette expression de Jésus, tirée de l’Évangile de Matthieu que le Pape François nous interpelle dans son message pour le Carême 2018.

La charité comme remède à l’iniquité dans le monde

Le pape François nous met en garde contre ces « charmeurs de serpents, (…) ces faux prophètes qui offrent des solutions simples et immédiates aux souffrances, des remèdes qui se révèlent cependant totalement inefficaces. » Le culte de l’argent, l’immersion dans une vie complètement virtuelle, les relations privées de sens, la vanité ridicule, … nous donnent l’illusion du bonheur alors qu’il ne s’agit que de plaisirs fugaces. Elles nous conduisent inexorablement vers « l’acédie égoïste, le pessimisme stérile, la tentation à l’isolement et l’engagement dans des guerres fratricides sans fin. »

Face à cet amour qui se refroidit et à cette charité qui s’éteint, le Saint Père nous invite à réagir en ce Carême 2018. « Il faut apprendre à ne pas en rester à l’immédiat, à la superficialité, mais à reconnaître ce qui laisse en nous une trace bonne et plus durable, parce que venant de Dieu et servant vraiment notre bien ». L’aumône est à ce titre un excellent remède « qui libère de l’avidité et aide à découvrir que l’autre est mon frère : ce que je possède n’est jamais seulement mien ».

Pour ce carême 2018, offrez un avenir aux enfants vulnérables

La charité, c’est tendre la main aux plus petits que nous, à ceux qui en ont le plus besoin. Pour ce Carême 2018, le BICE vous propose de vous joindre à son action en faveur des enfants les plus démunis. Au Guatemala par exemple, pays de violences et de misères extrêmes, les enfants se retrouvent bien souvent livrés à eux-mêmes, sans structure familiale protectrice ni soutien de l’Etat. Ils sont ainsi plus d’un million à être exclus du système scolaire.

Dans ce contexte, le BICE a choisi de développer, avec son partenaire ODHAG (Oficina de Derechos Humanos del Arzobispado de Guatemala), un réseau de bientraitance pour les enfants. Ce réseau réunira des organisations guatémaltèques qui œuvrent déjà pour la dignité et le respect des droits des enfants dans le pays. Ensemble, elles bénéficieront de formations pour être encore mieux à même d’accompagner les enfants en situation de vulnérabilité (Politique de Protection de l’enfance, résilience et éducation à une culture de paix). Elles pourront également allier leurs forces afin de mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer national en faveur de leur cause.

En ce Carême 2018, engagez-vous auprès du BICE pour faire reculer l’iniquité dans le monde