L’art des marionnettes : une expérience enrichissante pour les enfants en conflit avec la loi - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
Marionnettes festival ECL

L’art des marionnettes : une expérience enrichissante pour les enfants en conflit avec la loi

OPA Niños Libres, partenaire du BICE au Pérou, a lancé une initiative originale : l’utilisation du théâtre de marionnettes pour aider les adolescents en conflit avec la loi (ECL) à parler de leur histoire et à prendre conscience de leurs actes et de leurs conséquences. Reportage.

Partager

Soutenir

Carlos, Maria et Eloy font partie des 34 adolescents de quatre centres ouverts de prise en charge des enfants en conflit avec la loi (SOA) à Arequipa, Cuzco et Puno à avoir participé au festival de théâtre de marionnettes organisé en ligne par OPA Niños Libres en décembre dernier*. Avec la participation de la section Justice juvénile réparatrice du ministère public de Arequipa. Une expérience « pleine d’émotions » développée au sein du programme Enfance sans barreaux (EsB) du BICE, soutenu notamment par l’AFD. L’objectif ? Libérer la parole des adolescents ; leur offrir un espace d’expression pour échanger sur leur histoire souvent marquée par la pauvreté, la violence, la stigmatisation ; les aider à prendre conscience de la portée de leurs actes, à retrouver confiance en eux et en la société.

« Nos peurs sont tombées »

« Au début, je me sentais très nerveuse à l’idée de contribuer à l’écriture du scénario ; je ne me sentais pas en sécurité pour raconter ma vie aux autres. Mais cela a vite changé. Nous avons tous partagé nos expériences de manière simple et avec beaucoup de respect. Nos peurs sont tombées. Nous nous sentions enfin écoutés. Les marionnettes ont ensuite été un moyen de montrer à nos familles ce que nous ressentions », confie Eloy, 15 ans.

Encadrés à distance, à partir d’août 2020, par quatre professeurs de marionnettes et des éducateurs des centres, les enfants organisés en groupe ont créé des scénarios, des personnages… Et ont appris à manier l’art des marionnettes. « Les œuvres créées donnent à voir une mosaïque de sentiments, d’histoires de vie. Leur vie. On y voit aussi les circonstances qui les ont mis en contact avec la loi, ainsi que leurs souffrances. Parmi elles, celles liées aux regards stigmatisants et dévalorisants portés sur eux un peu partout : dans leur famille, dans leur communauté, dans le milieu judiciaire, dans les médias. On y voit aussi quelle violence a été pour eux la justice rétributive. Et la volonté de se reconstruire autour de valeurs positives et dans le respect des autres », explique Roberto Cervantes, responsable d’OPA Niños Libres.

Création de scénarios de 10 à 15 minutes

Petit retour en arrière… Au départ du projet, plusieurs thématiques ont été proposées aux adolescents : histoires de vie, justice pour mineurs et médias, sport et expressions artistiques, famille, résilience, justice réparatrice et post-confinement.  De grandes orientations autour desquelles chaque groupe a créé un scénario de 10 à 15 minutes avec 4 à 6 acteurs. « C’était très amusant. Les marionnettes nous ont aussi aidés à développer de nouvelles compétences, comme être capables de nous exprimer sans crainte, de jouer avec notre voix et de dire des choses que nous ne dirions pas sans marionnettes », précise Maria, 15 ans.

Carlos, lui, a apprécié jouer un personnage « entre la réalité et mon imagination, mon passé et mon avenir ». « Les marionnettes ont un effet positif. C’est un art divertissant et apaisant. Et puis, j’espère que les adolescents mais aussi leur famille qui ont regardé ou regarderont nos pièces s’identifieront à ce qu’ils voient et en retireront quelque chose pour eux. » Enregistrées, les représentations théâtrales ont en effet été diffusées dans toutes les institutions participantes ; avant d’être rassemblées dans un festival virtuel, afin que la communauté prenne également connaissance de cette action. Et que le travail des adolescents soit valorisé.

Participer à leur processus de réintégration sociale

« Nous sommes vraiment contents du résultat. Les adolescents, malgré le distanciel, se sont vraiment impliqués. Cela les a aidés dans leur processus de réintégration sociale ; et leur a appris des choses sur leur passé et les causes qui les ont rapprochés du conflit avec la loi. Cela leur a aussi fait prendre conscience du rôle (plus ou moins positif) joué par la famille, la communauté, les médias et le système judiciaire dans la construction de leur identité. Une très belle expérience », conclut Roberto Cervantes.

Retrouvez les captations des spectacles de marionnettes sur le facebook d’OPA Niños Libres.

*Prévue à l’origine pour être développée dans un centre fermé, cette activité a dû être repensée en raison de la pandémie et du confinement.

Restez informé avec notre newsletter

    et sur...