Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

2 mai 2017 | 11:49

Accompagner la résilience chez les enfants victimes de maltraitance en Lituanie

Accompagner la résilience chez les enfants victimes de maltraitance en Lituanie
©2309kay / Shutterstock.com

Enfants victimes de maltraitance physique, psychologique, d’abus sexuel… Comment la résilience assistée peut les aider à trouver en eux les ressources pour surmonter cette épreuve ? Retour sur le projet mené par le BICE et ses partenaires en Lituanie.

Résilience chez un enfant victime de maltraitance : 134 enfants victimes pris en charge

Dans le cadre du Programme Abus, le BICE a initié avec son partenaire lituanien, Children Support Centre et l’Université Catholique de Milan un projet autour de la résilience des enfants victimes de maltraitances et d’abus sexuels en Lituanie.

Ce projet, lancé à l’été 2016, concerne 134 enfants, âgés de 7 à 17 ans à Vilnius. Ces enfants viennent, pour la grande majorité, de contextes familiaux difficiles (décès de l’un des parents, chômage, alcoolisme, problèmes avec la justice…). Ils ont été – ou sont pour certains encore – victimes d’abus sexuels ou de maltraitances physiques ou psychologiques chroniques, de la part de leurs parents ou de leurs pairs.

Grâce au Children Support Centre, ces enfants sont suivis par une équipe de 31 psychologues lituaniens, déjà spécialisés dans le travail auprès des enfants victimes, et formés par l’Université Catholique de Milan aux méthodes de la résilience assistée. L’objectif ici est double : d’une part, les accompagner dans le processus de résilience et leur permettre de trouver en eux les ressources pour surmonter le traumatisme. D’autre part, élaborer une grille d’évaluation, utilisable à plus large échelle, pour repérer et favoriser les ressources phares (c’est-à-dire les facteurs de protection) essentielles à la résilience pour cette typologie de traumatismes.

Les enfants sont pris en charge tout au long de l’année, à raison d’une séance par semaine. Trois missions sont menées pour évaluer leurs progrès et orienter la thérapie au plus près de leurs besoins : avant le début du suivi thérapeutique, au bout de 6 mois, puis à la fin de l’année. Elles feront toutes trois l’objet d’un rapport.

Une formation sur la résilience assistée adaptée aux besoins

Les séances de résilience assistée s’appuient sur les outils de l’Art thérapie. L’enfant est invité à exprimer via des modes d’expression d’enfant (le dessin, le récit, le conte…) ce qu’il ne peut dire directement.

Le premier rapport rédigé en juillet dernier, a souligné qu’il existait un fort écart de perception entre parents et enfants quant à la souffrance de l’enfant et à sa capacité à faire face. Les parents minimisent le plus souvent la douleur de l’enfant et surestiment ses ressources pour surmonter l’épreuve, tant dans les cas de maltraitance extra qu’intra familiale.
La thérapie a donc été complétée sur le terrain par un volet dédié au rapprochement enfant-parents afin que tous puissent renouer un dialogue autour de leurs émotions respectives.

Le deuxième rapport, en cours de finalisation, est positif : les enfants vont visiblement mieux après 11 séances, on note des améliorations significatives au niveau de la résilience et des syndromes post-traumatiques. Toutefois, les stratégies de « coping » (= façon d’aborder et de résoudre un problème dans la vie quotidienne), elles, ne progressent pas : les enfants privilégient toujours l’évitement plutôt que la recherche de solutions. Un nouvel ajustement va être réalisé dans les prochaines semaines afin d’aider également les enfants dans ce domaine.