Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

13 juillet 2017 | 09:30

Les droits des filles au cœur de la dernière session des Droits de l’Homme

Les droits des filles au cœur de la dernière session des Droits de l’Homme
©S. Vincitotio

La 35ème session du Conseil des droits de l’homme a particulièrement mis l’accent sur la défense des droits des filles. Plusieurs résolutions ont été adoptées dans ce sens.

Moyens de garantir l’exercice des droits des filles à l’éducation sur un pied d’égalité

1. La résolution 35/22 a encouragé les Etats à accorder autant d’importance à l’éducation des filles que des garçons et à enlever tous les obstacles et stéréotypes qui bloquent l’accès des filles à l’éducation.
2. Elle a également exhorté les Etats à élargir le champ des possibilités d’éducation et de formation des filles, notamment dans le numérique, les technologies de l’information et des communications, l’ingénierie et les mathématiques.

Lire la résolution 35/22

Les mariages précoces et les mariages forcés, notamment dans les situations de crise humanitaire

1. La résolution 35/16 a constaté avec préoccupation que les mariages précoces et forcés d’enfants constituent des obstacles importants aux droits des filles et des jeunes femmes à accéder à l’éducation et à l’emploi. Elle a souligné que c’est l’autonomisation des filles et des femmes qui sont ainsi compromis.
2. Par cette résolution, le Conseil des droits de l’homme a décidé de créer un portail Web permettant de rassembler les informations concernant les mariages d’enfants, les mariages précoces et les mariages forcés, notamment dans les situations de crise humanitaire.
3. Par ailleurs, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme présentera un compte rendu oral sur les mariages précoces et les mariages forcés, y compris dans les situations de crise humanitaire, en juin 2018 et un rapport écrit en juin 2019.

Lire la résolution 35/16

Associer les hommes et les garçons à la prévention de la violence contre toutes les femmes et les filles, et à la lutte contre cette violence

1. La résolution 35/10 a condamné tous les actes de violence contre les femmes et les filles, qu’ils soient le fait de l’État ou d’acteurs non étatiques. Elle a demandé aux Etats d’inciter, d’encourager, de former et d’aider les hommes et les garçons à devenir des modèles d’identification positifs en matière d’égalité des sexes, à valoriser les relations empreintes de respect et à se garder de toute forme de discrimination et de violence à l’égard des femmes et des filles.
2. Le Haut-Commissaire aux droits de l’homme présentera, en juin 2018, un rapport afin de passer en revue les initiatives visant à associer les hommes et les garçons à la promotion et à la réalisation de l’égalité des sexes.

Lire la résolution 35/10

Élimination de la discrimination à l’égard des femmes et des filles

1. La résolution 35/18 a exprimé des inquiétudes quant aux formes de discrimination multiples et convergentes contre les filles et les femmes à travers le monde, à la fois dans les lois et dans les pratiques. Ces discriminations sont sources de violences et empêchent la pleine réalisation des droits des filles et des femmes.
2. La résolution a demandé aux Etats d’abroger toutes les lois discriminatoires ou celles basées sur des considérations culturelles ou religieuses contraires à l’obligation d’éliminer la discrimination à l’égard des femmes et des filles.

Lire la résolution 35/18