Atelier résilience : un exemple concret avec « Sous L’orage »
X
Atelier résilience : un exemple avec l'atelier « Sous L’orage ».
©L. Winter

Un exemple d’atelier résilience : « Sous L’orage »

Le BICE réalise depuis 2015, en partenariat avec l’Université catholique de Milan, des formations Tuteurs de résilience. Elles fournissent aux partenaires sur le terrain des outils pour favoriser la résilience chez les enfants traumatisés.

Partager

Soutenir

Les éducateurs et les travailleurs sociaux sur le terrain sont confrontés à des enfants qui ont souvent été victimes des pires agressions : abus sexuels, maltraitance, guerres, migrations, pauvreté, catastrophes naturelles… Leur première mission est de les aider à surmonter ces traumatismes et de les guider vers le chemin de la résilience. Car, si la résilience est un processus long et complexe, propre à chacun, il existe néanmoins des techniques pour la favoriser.

Reprendre confiance en soi et en la vie, s’ouvrir à nouveau aux autres, repérer les facteurs protecteurs sur lesquels s’appuyer pour se reconstruire… C’est tout l’enjeu des ateliers mis en œuvre par le BICE dans le cadre du programme Tuteurs de résilience.

Des ateliers résilience conçus pour les enfants

Grâce à ces ateliers résilience, l’enfant apprend à mettre des mots sur l’indicible. Il donne du sens à ce qu’il a vécu et identifie les ressources internes et externes sur lesquelles il peut s’appuyer pour avancer. Chaque atelier travaille sur une étape spécifique du processus de résilience, ainsi que sur les différents facteurs protecteurs (individuel, familial et social).

Conçus par des psychologues spécialistes de l’enfance, ces ateliers se présentent sous forme d’activités psycho pédagogiques, souvent ludiques. Ils utilisent diverses formes d’expression dans lesquelles les enfants se sentent particulièrement à l’aise : le jeu, le mime, le dessin, le conte, le déguisement, etc. En offrant des canaux de communication alternatifs à l’utilisation du langage oral, ils permettent aux enfants et aux adolescents d’exprimer leurs douleurs, leurs peurs et leurs sentiments les plus profonds par un le biais d’un intermédiaire qui fonctionne comme un bouclier protecteur. En effet, l’enfant ou l’adolescent ne se sent pas directement interpellé : c’est le produit créé qui raconte l’expérience difficile.

Les ateliers résilience en pratique

Le BICE vous décrit dans des articles connexes plusieurs ateliers conçus par l’équipe de l’Unité de recherche sur la résilience de l’université du Sacré Cœur de Milan. Ces activités sont incluses dans le Manuel de la résilience : de l’inspiration à l’action. Témoignages, réflexions, expériences pour l’Amérique centrale du BICE.

Ce sont des ateliers conçus pour être utilisés avec des enfants. Toutefois, avec une adaptation adéquate, ils peuvent s’adresser à des jeunes et des adultes. Car les langages « créatifs-expressifs » sont universels ; ils ne connaissent aucune barrière de langue, de culture ou d’âge.

Le matériel requis (papier, crayon, boîte en carton, …) et le principe de l’atelier sont généralement simples. Mais les modalités de réalisation et l’analyse des résultats sont, elles, particulièrement précises. Elles requièrent une formation de plusieurs jours ainsi qu’une évaluation à moyen terme pour mieux les adapter au contexte.

Avant de commencer ce type d’activités, il est donc important que l’éducateur ait bien étudié l’atelier, en évitant les improvisations qui peuvent être nuisibles. Afin d’obtenir un meilleur résultat, ces ateliers doivent être travaillés dans le cadre d’activités structurées, avec un objectif clair. Il est également fondamental que règne durant l’atelier un climat de respect et que personne ne soit forcé de participer ou de parler s’il ne le souhaite pas.

Restez informé avec notre newsletter

    et sur...