Lutter contre les violences au Chili | BICE
X
Projet de lutte contre les violences au Chili grâce à la formation des enfants
© VPSC
Publié le

Chili. De jeunes multiplicateurs de bientraitance pour repousser la violence

Le BICE et son partenaire local continuent leurs actions de lutte contre les violences au Chili. Et les jeunes sont au centre de leur projet de 18 mois (sept. 2022-mars 2024) puisque ce sont eux qui mènent des actions de prévention auprès des enfants et adolescents des quartiers défavorisés de Puente Alto, près de Santiago.

Soutenir

Erick et Elisa participent au projet de lutte contre les violences développé au Chili par le BICE et son partenaire local la Pastorale Sociale (VPSC) de l’archevêché de Santiago*. Ils en sont même de fidèles artisans puisque ce sont deux des jeunes multiplicateurs de bientraitance formés par la Pastorale. Pour quelle mission ? Suite à leur formation, ils se sont engagés à sensibiliser les enfants, âgés entre 5 et 15 ans, sur les différentes formes de violences, à leurs donner des clés pour les identifier et savoir comment réagir s’ils en sont victimes ou témoins, et à leur transmettre des valeurs positives de bienveillance. Un rôle « plein de sens » au vu de l’usage persistant de la violence dans les rapports sociaux. Une réalité alimentée de surcroît par de fortes inégalités sociales.

Selon une étude d’opinion récente, 90 % des personnes interrogées considèrent en effet qu’il y a de la violence au Chili. Parmi elles, 58 % estiment qu’il y a « une violence élevée ou extrême ». En 2020, Unicef a également rapporté que 63,3 % des parents ou des personnes ayant la charge des enfants reconnaissent l’utilisation de méthodes de discipline violentes dans l’éducation des enfants et des adolescents. 32,5 % avouent utiliser des méthodes violentes sur le plan physique. 56,9 % parlent d’agression psychologique.

Informer les enfants pour les aider à se protéger des violences

« Les enfants et adolescents, premières victimes de cette violence, de cette agressivité, ont besoin de soutien. Par le biais d’activités aux contenus adaptés à leur âge et à ce qu’ils vivent, nous avons travaillé avec eux dans trois centres de loisirs et deux écoles des quartiers défavorisés de Puente Alto, près de Santiago, afin que la parole se libère sur cette thématique encore taboue. Il est essentiel que chacun sache où commence la violence et quelles en sont les différentes formes afin de mieux s’en protéger. Nous leur avons aussi demandé de déterminer dans leur quartier les itinéraires, les lieux qui leur semblent sûrs et ceux qui le sont moins afin, déjà, que chacun en ait conscience, puis pour essayer de trouver des solutions. L’une d’entre elles peut être d’identifier des adultes de référence en différents points du territoire », explique VPSC.  

Organisés en petits groupes, les enfants réfléchissent également aux notions de « bons » et de « mauvais » secrets. Et à l’importance, au contraire, d’identifier un adulte de confiance et de parler. « Ces ateliers sont bien construits, pertinents. Nous pouvons nous appuyer sur un livret d’activités qui aborde six situations différentes de violence, souligne Erick, animateur dans le centre École de la joie.  J’ai pu observer la portée que ces rencontres ont sur les enfants et l’aide concrète que cela leur apporte. J’ai moi-même beaucoup appris sur l’impact de ce fléau, les moyens de le prévenir et comment la résilience permet d’aider les victimes à se reconstruire. Je suis très fier d’encadrer ces ateliers. »

Les enfants volontaires pour être ambassadeurs de la bientraitance

Et puis, ce projet a un autre avantage. Il incite les enfants volontaires à devenir eux-mêmes ambassadeurs de la culture de la bientraitance auprès de leur entourage et dans leur quartier. Dans leur vie de tous les jours, mais aussi lors d’actions au sein de la communauté. « Et cela fonctionne, s’enthousiasme Elisa, animatrice dans le centre Jardin d’Eden. Tous ces héros du bien vivre ensemble participent au fait que se développent dans leur communauté une certaine harmonie et des relations plus apaisées. »

* Vicaría Pastoral Social Caritas

Projet de lutte contre les violences au chili avec la formation de jeunes multiplicateurs de la bientraitance
Formation des jeunes multiplicateurs de bientraitance © VPSC
Image Enveloppe

    et sur...