Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

27 mars 2020 | 12:39

Covid-19 : comment aider les enfants en situation de handicap à mieux vivre la situation

Covid-19 : Enfants en situation de handicap Russie

Des actions sont mises en place par le partenaire du BICE en Russie, le Centre de pédagogie curative, afin de réduire les effets négatifs du confinement pour les enfants en situation de handicap. Ceux isolés dans les internats et ceux confinés en famille.

En raison de la pandémie du Covid-19, jusqu’au 12 avril en Russie, les écoles, centres de jour, internats… sont fermés. Une situation particulièrement difficile pour les enfants en situation de handicap. Ceux qui vivent en famille voient ainsi leur accompagnement éducatif, psychosocial et psychomoteur stoppé net. Ceux hébergés en internat se retrouvent coupés du monde ; les visites de bénévoles étant bien sûr interdites.

« La routine est primordiale pour ces enfants. Le changement soudain est souvent mal vécu, c’est une vraie source d’angoisse. D’où l’importance de maintenir les liens. Et c’est ce que mettent en place les équipes depuis le confinement pour lutter contre le Covid-19. C’est vraiment une belle mobilisation », souligne Diana Filatova, chargée du projet Changer une vie 2 au sein du BICE.

Une maman : « Les ateliers online sont formidables »

Pour les enfants qui vivent en famille et qui suivent habituellement des ateliers au Centre de pédagogie curative, le travail continue via Internet avec les pédagogues. Des sacs à dos avec du matériel d’enseignement adapté à chacun ont été transmis aux enfants en début de semaine. Derrière leur poste, enfants et spécialistes, peuvent ainsi réaliser ensemble des activités manuelles (dessin, pâte à modeler…), lire, échanger. Et ça marche. En témoigne cette maman : « En début de semaine, Ksusha a fait son premier atelier online avec l’une de ses enseignants sur Zoom. À vrai dire, je ne croyais pas trop à cette idée. Mais avec Evgueniya, ma Ksusha a fait de la pâte à modeler pendant une heure. Elle écoutait attentivement, suivait les consignes, et tout était clair pour elle. Il y avait un vrai contact. C’est formidable ! »

Des ateliers de groupe, toujours via le net bien sûr, rythment aussi les semaines. Les enfants y présentent leurs jouets préférés, les masques qu’ils ont créés pour faire peur au Covid-19, lisent de la poésie sur les gestes barrières contre le virus… Ils sont heureux de se retrouver.

Réduire les effets négatifs du confinement dans les internats

Pour les enfants qui vivent en Internat, les liens avec les éducateurs et les bénévoles arrivent également à être maintenus via Internet. Grâce à la mobilisation de tous, dont le personnel de l’établissement. Les aides-soignantes montrent en effet régulièrement aux enfants des vidéos faites pour eux par les bénévoles. Ces derniers y présentent leur maison, leurs animaux de compagnie, les objets qu’ils préfèrent chez eux…

Et puis, des communications via Skype ou Zoom sont organisées le plus souvent possible. Des petits cours, activités manuelles et lectures sont alors proposés. Un lien primordial pour les enfants, comme le soulignait Diana, une jeune fille en internat, il y a quelques jours dans un post facebook : « Le confinement, c’est terrible. Surtout pour nous qui vivons en internat. Heureusement, nous continuons à faire des activités grâce à internet avec les éducateurs. Et puis, pour une personne en internat, il est très important d’avoir un ami bénévole. Grâce à lui, la vie devient meilleure. Alors là, vous ne pouvez même pas imaginer comment certains enfants attendent le retour de leurs amis bénévolesGrâce aux communications internet, l’attente est moins difficile à vivre. »