Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

17 août 2011 | 15:15

Crise en Côte d’Ivoire

 

Malgré le contexte d’incertitude, le BICE poursuit ses activités au quotidien auprès des enfants.

La situation sécuritaire s’aggrave avec les bombardements dans la commune d’Abobo. La situation économique est catastrophique avec la fermeture des entreprises les plus significatives, la fermeture de banques, le manque de gaz et le rationnement de carburant.

Le couvre-feu a été maintenu sur les communes d’Abobo et d’Anyama. L’exode des populations de ces deux communes s’est poursuivie et deux paroisses du nord d’Abidjan enregistrent plus de 3000 déplacés avec en majorité des femmes et des enfants. Ils manquent de tout.
C’est surtout à Abidjan que la violence s’est accrue depuis le mot d’ordre des partisans de Gbagbo d’interdire tout mouvement aux forces impartiales. Ils ont dressé des barrages dans la ville, ce qui rend difficile tout déplacement. Le blocus économique a des effets catastrophiques sur la population.
 

Les actions du BICE

Le coordinateur du BICE en Côte d’Ivoire, Désiré Koukoui, a envoyé une mission d’évaluation sur les sites d’accueil afin de voir avec les responsables comment mobiliser de l’aide aux déplacés.
 
“Effectivement la situation ici devient intenable”, nous confie Koukoi. Malgré ce contexte d’incertitude, le Bice continue de tourner tant bien que mal au quotidien et les équipes sont à leurs postes.
La semaine dernière, “il n’a pas été possible de nous rendre à la banque, la rumeur avait pris la ville et toutes les banques étaient assiégées”. Pour payer le salaire des équipes, le coordinateur a du se déplacer au Togo pour pouvoir retirer de l’argent.
Face à une situation qui ne se débloque pas, le BICE essaie de composer avec l’Etat et de présenter au nouveau Ministre de la Famille et de l’enfance les difficultés vécues dans les Centres du Bice.

En outre, Koukoui a rencontré Mme Laétitia Bazzi, de l’Unicef, partenaire de notre association en Côte d’Ivoire. Elle souhaite que le BICE puisse agrandir son action au niveau de la prise en charge du système d’information sur la protection des enfants dans la région d’Abidjan.

 

Faites un don pour contribuer aux actions indispensables du BICE sur place »