Meilleure protection des enfants victimes d’abus au Pérou
X
Les enfants victimes d’abus bientôt mieux protégés au Pérou ?
©Zurijeta Shutterstock.com
Publié le

Les enfants victimes d’abus bientôt mieux protégés au Pérou ?

Durant la 31e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le BICE et son organisation membre au Pérou, le CEDAPP, ont salué les avancées législatives visant à protéger les enfants contre les abus, mais exhortent une mise en œuvre rapide et effective de la loi.

Soutenir

Des avancées législatives pour une meilleure protection des enfants victimes d’abus…

En novembre dernier, le Pérou a adopté une loi relative à l’élimination des violences envers les femmes et les enfants. Elle représente une grande avancée dans la lutte contre les violences et abus sexuels envers les enfants.

Cette loi prévoit l’audition filmée et enregistrée des enfants victimes. Cet enregistrement permet à l’enfant de ne pas répéter plusieurs fois les évènements traumatisants qu’il a vécu dans des contextes intimidants (devant témoins, au tribunal…) qui peuvent encore ajouter à son traumatisme.

En outre, en matière de signalement, la loi considère que l’omission, le refus ou le retard dans le signalement expose son auteur à des poursuites pénales. De même, les forces de police devront communiquer dans un délai de 24 heures tous faits avérés de violences sexuelles aux tribunaux.

… devant se traduire par une mise en œuvre réelle et effective

Cependant, comme l’a souligné Maria Emilia Filomeno, directrice du CEDAPP : « Si cette loi représente un progrès, les mesures d’application pour sa mise en œuvre effective demeurent un plus grand défi ».

Devant le Conseil des droits de l’homme, le BICE et le CEDAPP ont appelé les autorités péruviennes à mettre en œuvre de manière rapide et effective cette loi.

Pour une meilleure protection des enfants victimes, les deux organisations ont souligné l’importance de la formation des professionnels de l’enfance à la conduite de l’audition, ainsi que la mise en place de salles d’audition spécifiquement dédiées au recueil de la parole de l’enfant. Il est en effet primordial de recueillir la parole de ces derniers dans un lieu paisible et sécurisant, car l’enfant victime est un enfant souffrant avant d’être un enfant plaignant.

De même, il est nécessaire de sensibiliser les services de police, le personnel soignant et les assistants sociaux afin augmenter le taux de signalement des cas d’abus dont sont victimes les enfants.

Dans les prochains mois, le BICE et le CEDAPP vont mettre en place des actions de plaidoyer au niveau national afin de garantir une mise en œuvre de la loi.

Lire la Communication orale
Lire les Observations finales du Comité des droits de l’enfant, CRC/C/PER/CO/4-5 (janvier 2016)
Lire le Rapport annuel de Marta Santos Pais, A/HRC/31/20 (mars 2016)

Image Enveloppe

    et sur...