Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

23 décembre 2016 | 13:36

Former les professionnels pour mieux lutter contre l’abus sexuel en Russie

Former les professionnels pour mieux lutter contre l’abus sexuel en Russie
©BICE

En novembre 2016, le BICE, en coopération avec ses partenaires locaux Caritas Saint-Pétersbourg et Doctors to Children a formé 37 professionnels de l’enfance à un meilleur accompagnement psychologique et juridique des enfants victimes d’abus sexuel en Russie.

En Russie, plusieurs organisations gouvernementales et non-gouvernementales œuvrent pour la protection des enfants victimes de maltraitance. Si des progrès considérables ont été accomplis dans l’accessibilité des services d’accompagnement, les professionnels restent encore peu formés aux questions d’abus sexuels et peuvent se sentir dépourvus face à des cas concrets.

C’est pourquoi, dans le cadre du programme « Lutter contre l’abus sexuels à l’encontre des enfants », le BICE, en coopération avec ses partenaires locaux Caritas Saint-Pétersbourg et Doctors to Children, a organisé du 22 au 24 novembre 2016 une formation spécialisée « Accompagnement des enfants victimes d’abus sexuel ».

Cette formation a été animée par la thérapeute Martine Nisse, cofondatrice et directrice du Centre des Buttes-Chaumont, centre spécialisé dans l’accompagnement des enfants victimes d’abus sexuels à Paris.

Abus sexuel dans le cercle de confiance

Selon le Conseil de l’Europe, dans 70 à 85% des cas, l’auteur du crime est une personne connue de l’enfant, qui fait partie de son « cercle de confiance ». C’est cette question qui a particulièrement animé la formation en Russie où les professionnels échouent encore trop souvent à identifier et signaler ce type de cas.

Les participants témoignent du changement de regard sur ce problème qu’ils ont eu grâce à la formation :

« Grâce à cette formation, j’ai acquis une compréhension différente du phénomène des violences sexuelles envers les enfants. J’ai appris à mieux identifier les violences dans le cercle de confiance et je saurai désormais y faire face et mieux accompagner l’enfant en tant que professionnel ».