Guerre en Ukraine. Aider de toute urgence les familles en souffrance - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
Guerre en Ukraine
Le BICE œuvre depuis des années avec son partenaire local Women’s Consortium of Ukraine pour la protection des enfants en Ukraine. Une aide humanitaire d'urgence est mise en place depuis quelques jours. © WCU, 2016

Guerre en Ukraine. Aider de toute urgence les familles en souffrance

Notre partenaire local, Women’s Consortium of Ukraine (WCU), apporte une aide humanitaire d’urgence aux familles, obligées de se terrer dans les abris ou stations de métro pour se protéger des bombardements sur Kiev qui s’intensifient. Témoignage de notre chargée de programmes, Diana Filatova, en contact régulier avec WCU que le BICE soutient.

Soutenir

« À Kiev, les sirènes d’alerte sont de plus en plus fréquentes. Il est donc chaque jour plus difficile et dangereux pour les habitants de sortir des abris anti-bombes ou des stations de métro souterraines, utilisées comme abris, explique Diana Filatova. Même si une partie des habitants rentrent encore à leur domicile la nuit, ils sont de plus en plus nombreux à descendre leurs matelas et affaires personnelles dans le sous-sol le plus proche de chez eux. À l’étroit, souvent dans le froid – les températures sont inférieures à 0°C la nuit et peu d’abris sont chauffés -, mais protégés des bombardements. Ils ne sortent plus que dans la journée, entre deux alertes, pour aller acheter de quoi manger. »

Les enfants malades manquent de médicaments

Malheureusement, plus les jours passent, plus les produits de première nécessité manquent. La nourriture. L’eau. Les médicaments. L’électricité. « Les files d’attente devant les magasins s’allongent. Et certains repartent les mains vides. En détruisant les infrastructures, les bombardements privent certaines zones d’eau et d’électricité, précise Diana Filatova. Notre partenaire m’évoquait également la situation des hôpitaux, obligés eux-aussi de descendre dans les abris, des personnes malades, y compris des enfants, pour lesquels les médicaments commencent à manquer, des femmes qui viennent d’accoucher et leurs bébés… »

Car à Kiev, comme dans les autres villes situées dans les zones de conflit, aucune évacuation générale de la population n’a pu être ordonnée en raison de la soudaineté de l’invasion. « Beaucoup de personnes sont donc restées, soit par choix soit parce qu’elles n’avaient pas les moyens de faire autrement. Aujourd’hui, pour celles qui tentent de fuir, prendre la route est de plus en plus dangereux et il y a beaucoup d’attente pour les trains qui ne désemplissent pas… C’est très compliqué. »

Distributions de produits de première nécessité

Dans ce contexte, notre partenaire sur place multiplie les distributions alimentaires et de produits de première nécessité à la population avec l’aide de bénévoles. Et un premier appui du BICE qui a débloqué sans attendre 25 000 €. « Ce premier envoi est arrivé mardi à notre partenaire, qui en a reversé une partie à plusieurs organisations de son réseau. Cela nous permet d’aider aussi les familles et enfants des zones de conflit de Soumy, Tchernihiv et Kherson. Mais les besoins sont immenses ; en nourriture, médicaments, couvertures, vêtements chauds, poêles et combustible pour les abris anti-bombes. Notre partenaire aide aussi les familles déplacées, celles qui ont fui les zones de conflit à l’est mais qui n’ont pas réussi à aller plus loin que Kiev. Et qui se trouvent sans rien et totalement isolées dans une ville en guerre. »

Besoin d’un soutien psychologique rapide pour faire face à l’anxiété, la panique

Enfin, le soutien psychologique étant au centre de l’expertise de notre partenaire, celui-ci est à l’écoute des familles et des enfants qui en ressentent le besoin. Et ils sont de plus en plus nombreux. « L’anxiété, la panique, l’abattement nécessitent un soutien rapide. En plus de ce qu’ils vivent, les habitants, encore connectés, voient les images de bombardements, d’explosions, d’affrontements… Ils ont de plus en plus peur. »

Face à cette situation alarmante et à l’immensité des besoins, nous avons besoin de l’engagement de vous tous auprès de ces familles, de ces enfants. D’avance un très grand merci pour votre élan de solidarité.

    et sur...