Formation Tuteurs de résilience en Inde | BICE
X
Formation Tuteurs de résilience a l'académie Nemesia au Karnataka en Inde du Sud
© Académie Nemesia
Publié le

Inde. Développer la résilience en milieu scolaire

Une formation « Tuteurs de résilience » a été dispensée aux enseignants d’une école d’un village du sud de l’Inde. Et des kits scolaires distribués aux élèves. Retour sur le projet.

Soutenir

À Harohalli, un village de l’État du Karnataka dans le sud de l’Inde, l’académie Nemesia gérée par la congrégation des Sœurs de la Charité de sainte Jeanne-Antide Thouret accueille dans ses classes des enfants issus de familles rurales pauvres. Des enfants, encore trop souvent éloignés de l’école pour aller travailler dans les champs. Et/ou, concernant les filles, contraintes au mariage précoce, une pratique encore très répandue. Installée au plus près des familles, l’académie facilite ainsi l’accès à l’éducation et lutte contre l’abandon scolaire.

La grande diversité des élèves nécessite l’utilisation de méthodes inclusives

« Inaugurée en janvier 2021, notre école a dû refermer rapidement et de longs mois en raison de la 2e vague de covid-19 très violente en Inde. Nous avons fait notre maximum pour garder un lien avec les enfants issus des familles les plus démunies, en nous déplaçant à domicile, mais ce n’était pas facile. Depuis la rentrée 2022, nous sommes revenus en présentiel. Notre nouveau défi est la grande hétérogénéité de nos 250 élèves, âgés entre 3 et 12 ans, qui nécessite que les enseignants utilisent des méthodes inclusives, qu’ils développent l’écoute. Dans ce contexte, l’approche résilience est particulièrement intéressante », expliquent les Sœurs de la Charité.

La formation « Tuteurs de résilience » adaptée à ce contexte

De novembre 2022 à avril 2023, 16 enseignants ont ainsi participé à un projet de formation de tuteurs de résilience mené par le BICE et son partenaire, l’université catholique du Sacré Cœur de Milan. Trois réunions de groupes à distance ont d’abord été organisées afin que la formatrice détermine le contexte et les enjeux de la formation. Une étape importante pour s’adapter aux besoins des participants. « Cette phase nous a également permis de nous rendre compte que le distanciel était très compliqué en raison des problèmes de connexion. La formation qui était à l’origine prévue par Internet s’est finalement déroulée en présentiel. »

Pendant trois jours, début février, la notion de résilience a été explicitée. Et des outils facilitant le processus de résilience dans un contexte scolaire transmis. L’objectif était en effet de donner aux enseignants les clés pour accompagner les enfants sur le plan psychosocial : les aider à se sentir bien en classe, à identifier leurs ressources internes et externes, à favoriser leur épanouissement, etc. « En Inde, les écoles sont très compétitives et les enseignants souvent exclusivement centrés sur les résultats scolaires. Avec cette formation, il apparaît évident que nous devons être davantage à l’écoute des élèves, les accompagner dans leur développement, les aider à construire leur propre personnalité », explique la congrégation.

Développer une plus grande écoute et les aider à avoir confiance en eux

Pour cela, la formatrice a notamment appris aux participants plusieurs activités concrètes à mener avec les élèves. Et ce, lors de séances pratiques.  « Ces ateliers, souvent menés à plusieurs, ont aussi été bénéfiques pour l’équipe enseignante. Ils ont consolidé le collectif, renforcé notre esprit de groupe et notre envie de travailler avec les autres. La création, tous ensemble, d’une activité résilience à mettre en place ensuite avec les élèves a été très formatrice. »

En avril, lors des séances de suivi en ligne, les enseignants ont pu aborder les difficultés rencontrées, mais aussi les points positifs suite à la formation. Deux exemples. « Mes élèves se plaignaient tout le temps d’un autre élève que j’avais pris l’habitude de gronder. Cela ne servait à rien. En changeant mon d’attitude, en prenant le temps de discuter avec lui de manière amicale, tout a changé. Il a commencé à améliorer son comportement. Nous devons donc entretenir une relation positive avec les élèves », confie un enseignant. Et un autre d’ajouter : « J’encourage davantage les élèves à avoir confiance en eux, à prendre conscience de leur potentiel. Je leur laisse aussi plus exprimer leurs opinions et je leur donne des petites responsabilités. »

Afin de mettre en pratique leurs acquis, les professeurs ont également décidé de commencer la nouvelle année scolaire (rentrée en juin 2023) par un travail autour de la résilience, basé sur diverses activités. Qui bénéficiera ainsi à tous leurs élèves.

Des kits scolaires distribués aux élèves

Parallèlement à la formation « Tuteurs de résilience », le projet prévoyait de fournir des kits scolaires aux 250 élèves de l’Académie Nemesia. Le kit était composé de :

  • un calendrier avec les photos de tous les élèves. Ce type de produit est très utilisé et apprécié en Inde. Il contribue à créer un sentiment d’appartenance entre les enseignants, les élèves et leurs familles,
  • une trousse avec des stylos et des crayons,
  • des cahiers d’exercices,
  • une casquette pour permettre aux enfants de se protéger du soleil.

En fournissant le matériel nécessaire en classe, ce kit permet d’accompagner la scolarité de tous les élèves de l’école. Une action importante pour les familles en situation de pauvreté pour qui les fournitures scolaires représentent un budget très élevé, difficile à mobiliser.

Plus d’infos sur la situation de l’éducation dans le monde et les actions du BICE dans ce domaine ici.

Image Enveloppe

    et sur...