Projet résilience avec l'association Fratelli au Liban - BICE
X
Association Fratelli Liban
© Marco Amato / Fratelli
Publié le

Liban. Dans un pays en pleine crise, favoriser la résilience des enfants vulnérables

Le BICE s’investit aux côtés de l’association Fratelli pour accompagner les enfants, syriens et libanais, fragilisés par la guerre, l’exil et/ou la crise.

Soutenir

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, plus de 1,5 million de Syriens ont fui vers le Liban. Parmi eux, de nombreux enfants fragilisés par les traumatismes de la guerre et de l’exil. Dans leur pays d’accueil, ces enfants et leurs familles connaissent de surcroît des conditions de vie souvent précaires. « Beaucoup vivent dans des bâtiments semi-abandonnés surpeuplés, où ils manquent de tout et ont en permanence peur d’être expulsés », décrit notre partenaire, l’association Fratelli.Des conditions qui se sont fortement dégradées depuis fin 2019 et le début de la crise globale qui frappe le Liban. Une crise exacerbée par la pandémie et l’explosion dans le port de Beyrouth, le 4 août 2020.

Des taux de chômage et de pauvreté alarmants

Services sociaux saturés, taux de chômage alarmant – il a presque triplé en trois ans -, dévaluations records, pénuries de nourriture, de médicaments… Le pays s’enfonce, ses habitants souffrent. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié de la population libanaise vivait sous le seuil de pauvreté mi-2020. Un chiffre qui a depuis fortement augmenté*. Tout comme l’extrême pauvreté, et, par effet domino, la déscolarisation des jeunes, le travail des enfants, le mariage précoce…

Dans un tel contexte, Il a semblé urgent au BICE de porter secours aux enfants, syriens et libanais, dont les familles subissent chaque jour un peu plus la pauvreté, l’anxiété et la violence. Pour ce faire, il s’investit notamment auprès de son partenaire l’association Fratelli qui accueille des enfants vulnérables** à Beyrouth et à Rmeileh.

« Dans nos centres, les enfants se retrouvent enfin dans un endroit sûr où ils peuvent apprendre et se socialiser, précise Maria, une éducatrice. Ils découvrent des choses nouvelles, font du sport, des activités auxquelles ils n’ont accès nulle part ailleurs. Faire grandir les talents de chacun, voilà un point essentiel de notre travail. Ils bénéficient aussi d’une écoute professionnelle pour les aider à reprendre confiance en eux et à s’ouvrir aux autres. Car la place du relationnel est tout aussi importante que la part éducative. »

« Fratelli a changé ma vie »

Pour Aya, petite fille syrienne, déracinée et privée d’école, le centre de Rmeileh qu’elle fréquente depuis mars 2022 représente beaucoup. « Fratelli a changé ma vie. Depuis que je suis toute petite, j’aime apprendre. Ici, j’ai l’opportunité de le faire. J’apprends enfin à lire et à écrire », témoigne la fillette qui, depuis la mort de sa maman en février dernier, vit chez sa grand-mère, où elle partage une chambre avec ses trois sœurs et la famille de son oncle. Aya bénéficiera aussi en 2023 d’un accompagnement psychologique, essentiel pour l’aider à avancer dans la vie.

Convaincus de l’importance d’apporter un tel soutien à ces enfants, le BICE forme ainsi, dans le cadre de ce nouveau projet avec Fratelli, 35 éducateurs et travailleurs sociaux des œuvres maristes et lasalliennes de tout le pays à devenir des tuteurs de résilience. 8 000 enfants suivis par ces professionnels bénéficient ainsi d’ores et déjà de manière indirecte de ces enseignements.

Un apport du BICE sur les plans psycho-social et humanitaire

« Les personnels formés étant des membres clés de leurs institutions, un effet multiplicateur sera aussi assuré. Tous se sont en effet engagés à transmettre à leurs pairs leurs nouveaux acquis en matière de résilience, un domaine peu exploré au Liban », précise Fratelli.

Parallèlement à cet apport sur le plan psycho-social, le BICE aide d’un point de vue matériel 200 enfants et leurs familles en situation d’extrême pauvreté. Et ce, grâce à la fourniture de produits de base (nourriture, vêtements, produits d’hygiène). « Une aide humanitaire d’urgence absolument indispensable actuellement », conclut notre partenaire.

* Selon la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Cesao), mi-2021, 82 % de la population vivant au Liban était considérée comme vivant sous le seuil de pauvreté multidimensionnelle.

** Le projet Fratelli a été créé en 2016 au Liban par les congrégations des Frères des Écoles Chrétiennes et des Frères Maristes pour accueillir les enfants syriens et irakiens. Mais, depuis 2020, il accueille de plus en plus d’enfants de familles libanaises durement affectées par la crise.

Image Enveloppe

    et sur...