Nouveau programme. Briser le cycle de la violence - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
Violence programme Enfance sans violence

Nouveau programme. Briser le cycle de la violence

Malgré une forte prise de conscience dans le monde, la violence à l’encontre des enfants et la délinquance juvénile persistent et certaines de leurs manifestations évoluent rapidement à l’ère du numérique. Fort des différentes initiatives menées avec ses partenaires, le BICE lance, avec le soutien de l’Agence Française de Développement (AFD), un nouveau programme dans quatre pays sur trois continents. Son objectif : briser le cycle de la violence.

Partager

Soutenir

Le BICE et ses partenaires en Afrique, Amérique latine et Europe de l’Est ont une longue expérience en ma­tière de justice juvénile et de lutte contre les violences physiques, sexuelles et psy­chologiques faites aux enfants. Cette expérience leur a appris l’importance de prendre en charge le plus rapidement et professionnellement possible les enfants victimes ; et celle de réintégrer et réhabili­ter ceux qui ont eu maille à partir avec la justice. Concevoir et appliquer pleinement des programmes de prévention adéquats est un autre impératif.

Quatre partenaires bien implantés dans leurs pays

Briser le cycle de la violence et de la dé­linquance impliquant les enfants est donc l’objectif central de notre programme Enfance sans vio­lences. Celui-ci comporte deux axes ma­jeurs : la prévention des violences et de la délinquance ; et l’accompagnement des enfants victimes et/ou auteurs de vio­lences ou de délinquance. Pour sa mise en oeuvre, le BICE a favorisé une syner­gie entre quatre de ses partenaires. Des partenaires bien implantés dans leurs pays respectifs que sont la Côte d’Ivoire, le Pérou, l’Ukraine et la Géorgie. Tous étaient déjà impliqués dans nos précédents programmes contre la violence ou pour une justice réparatrice. Soutenu par l’AFD, Enfance sans violences dé­butera en janvier 2022 pour trois ans.

Prévention, accompagnement et formation pour lutter contre la violence

Pendant cette période, des programmes de prévention seront développés. Enfants et adultes doivent être mieux pré­parés à identifier, prévenir et signaler les différentes formes de violence et de dé­linquance. Des actions de sensibilisation et de formation seront ainsi menées dans différents lieux et en ligne. Dans ce nouveau programme, les nouvelles technologies ont une place significative ; à la fois en tant que risque mais aussi outil de prévention. Des par­cours de réhabilitation seront élaborés à l’attention des enfants victimes de vio­lence et/ou en conflit avec la loi. Tous bé­néficieront d’un accompagnement per­sonnalisé pluridisciplinaire. Et parce que lutter contre la violence ne peut se faire qu’avec les professionnels (enseignants, personnel judiciaire, psychologues), le programme prévoit un renforcement de leurs compétences.

Un engagement plus fort des États

Nous le savons, la violence à l’encontre des enfants reste très présente au sein des familles et la crise liée à la covid-19 a en­core aggravé la situation. Confinements, fermeture des écoles, angoisse de la pan­démie, difficultés économiques… ont fait basculer dans la violence de nombreuses familles fragilisées. Plus grave : cette vio­lence reste acceptée dans beaucoup de sociétés. L’un des enjeux du programme sera donc d’obtenir des États, grâce à des actions de plaidoyer, qu’ils s’engagent eux-mêmes à renforcer leurs pro­grammes de prévention de la violence, à former des professionnels, et à dévelop­per l’accompagnement des enfants vic­times et/ou en conflit avec la loi, souvent encore partiel ou largement insuffisant. Car seuls une prise de conscience et un engagement général permettront de mettre fin à cet engrenage de la violence dans lequel sont pris tant d’enfants.

Restez informé avec notre newsletter

    et sur...