Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Des tuteurs de résilience pour
les enfants migrants en Espagne

Des tuteurs de résilience pour les enfants migrants en Espagne
©BICE

En 2017, l’Espagne a accueilli 9 000 migrants selon l’Organisation internationale des migrations (OIM). Un chiffre nettement supérieur à celui des années précédentes. Ces personnes, souvent venues d’Afrique de l’ouest et du Maroc, débarquent pour l’essentiel dans les régions du sud de l’Espagne.

Face à cette situation, le BICE a décidé d’organiser des formations Tuteurs de résilience à Grenade, Cordoue et à Barcelone. Son objectif ? Améliorer l’accompagnement des enfants migrants. Pour ce faire, le BICE a travaillé avec les œuvres sociales maristes. Parmi elles, l’association  Tierra de Todos  de la Congrégation des Frères Maristes, membre du BICE, présente dans la région depuis 2013. Elle œuvre en effet à Grenade, dans le quartier populaire et ouvrier de la Chana. Ici, des familles d’origines marocaine, centrafricaine, latino-américaine… côtoient depuis des années la population locale. Mais, avec les nouveaux afflux migratoires, ces familles se retrouvent dans une situation de grande précarité. Elles ne sont plus seulement considérées comme des concurrents potentiels sur le marché du travail, mais comme des sources d’insécurité.

Afin de lutter contre ces phénomènes d’exclusion et de stigmatisation, Tierra de Todos s’est associée à de nombreuses organisations locales. L’objectif : travailler conjointement afin de couvrir l’ensemble des besoins de la population migrante et faire évoluer les pratiques et les mentalités pour une société plus juste et inclusive.

Trois formations Tuteurs de résilience en Andalousie

La première formation Tuteurs de résilience pour les enfants migrants s’est déroulée à Grenade en novembre 2017. Réalisée avec l’université catholique du Sacré-Cœur de Milan, elle a réuni 10 organisations distinctes. Lesquelles accompagnent plus de 3 000 enfants en situation de vulnérabilité.

Au cours de ces deux journées, les 28 participants ont travaillé, à partir de l’ouvrage publié par le BICE  La résilience, de l’inspiration à l’action, sur les thèmes de la résilience, de la migration et de l’inclusion sociale.

  • Qu’est-ce que la résilience ? Qu’est-ce que la résilience assistée ? Comment repérer les facteurs de protection sur lesquels elle peut s’appuyer ? Comment dépasser les facteurs de risque qui la contraignent ?
  • Quel est l’impact de la migration sur les enfants et les adolescents ? Elle est souvent perçue comme une véritable fracture entre le sujet et son milieu, une scission entre son passé et son présent qui génère un grand stress au quotidien. Or, il est essentiel que le jeune se réapproprie son histoire et sa culture pour s’intégrer dans le nouveau contexte.
  • Comment l’enfant peut-il s’insérer dans son nouveau milieu ? Les participants ont travaillé sur le paradigme Yo soy, yo tengo, yo puedo (Je suis, j’ai, je peux). Les ressources internes : ce que je suis, mes sentiments, mes croyances, mes valeurs. Les ressources externes, ce que j’ai et qui me soutient : ma famille, mes amis, l’école, etc. Et les talents et les capacités que je peux développer pour me projeter dans mon nouvel environnement.
  • Quel rôle le tuteur de résilience peut-il jouer ? Quelles méthodes peut-il employer ? Le tuteur est là pour guider – par ses outils, sa bienveillance, son écoute – mais en aucun cas pour imposer. Il doit respecter le rythme, l’espace et la personnalité de chaque enfant.

Outre la qualité de l’enseignement, les participants ont particulièrement apprécié le travail en réseau. Cela leur a permis de partager expériences, opinions et méthodes.

Une nouvelle forme de formation destinée à des éducateurs et des jeunes

Lors de cette rencontre, il est apparu important de mettre en place une nouvelle formation à l’attention d’un groupe intergénérationnel, des jeunes bénéficiaires et des adultes éducateurs. En novembre 2018, une nouvelle session intitulée « Résilience et jeunesse : un chemin à découvrir » s’est donc déroulée à Cordoue. Quelque 12 jeunes et 13 adultes de 8 œuvres sociales maristes y ont participé. Une réussite. La construction conjointe du rôle de tuteur/promoteur de résilience s’est avérée très positive. Les participants ont également pu travailler sur leur propre résilience. Et la formatrice leur a fourni des outils pour qu’ils puissent transmettre à leurs pairs ce qu’ils ont appris. L’objectif ? Qu’ils deviennent des « acteurs de la résilience » auprès de leur entourage.

Un troisième atelier, avec des nouveaux participants, jeunes et adultes, s’est déroulé en novembre 2019 à Cordoue. Quelque 17 jeunes, bénéficiaires des œuvres sociales et 9 adultes, y ont participé. Il s’est déroulé de la même façon que celui de 2018 : apprentissage du concept de résilience, valorisation des ressources internes et externes de chacun, transmission d’outils pour devenir tuteur de résilience.

Une formation à Barcelone en 2018

Une autre ville espagnole a accueilli une formation Tuteurs de résilience en septembre 2018 : Barcelone. Elle était à destination de 14 éducateurs de la  fondation Pere Tarrés, membre du réseau BICE, qui travaillent avec des enfants, adolescents et familles vulnérables. Bien souvent des mineurs non accompagnés ou issus de familles en situation de grande pauvreté.

Il est estimé que ces quatre formations ont indirectement bénéficié à plus de 6 600 jeunes et à leurs familles.