Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

3 mai 2013 | 15:58

Un an d’activité pour les assistantes maternelles de Sidlaghatta

Un an d'activité pour les assistantes maternelles en Inde
©Aina Trust

Jusqu’en 2012, la plupart des mères travaillant dans les usines de soie de la région de Bangalore en Inde emmenaient leurs petits enfants avec elle sur leur lieu de travail, les exposant aux dangers de l'usine faute de solution de garde.

Des assistantes maternelles pour s’occuper des enfants

Le projet pilote lancé en mars 2012 a permis à des dizaines de tout-petits de bénéficier de conditions de vie bien mieux adaptées à leur âge. Après leur journée de travail, les mamans viennent chercher leur enfant dans l’une des 15 garderies créées pour offrir à ces enfants un espace accueillant pour jouer, manger, dormir. Les quinze assistantes maternelles, issues de la communauté, ont reçu une formation complète et accueillent depuis plusieurs mois quatre enfants chacune.

Ces enfants bénéficient également d’une prise en charge nutritionnelle et médicale. Le médecin référent se rend dans les garderies très régulièrement pour les visites médicales générales afin de vérifier la taille et le poids des enfants.

Des sessions de formation sont aussi organisées pour les mères et les assistantes maternelles sur différents sujets tels que les responsabilités professionnelles et le rôle spécifique d’une assistante maternelle, l’hygiène et les soins des enfants, l’alimentation et la préparation des aliments, les soins à domicile, la sécurité des enfants, etc.

Un an après le démarrage du projet, une maman témoigne :

“J’ai deux fils, je travaille dans l’usine de la soie. Avant le projet, j’ai beaucoup souffert en prenant soin de mes deux enfants (3 ans et 2 ans). J’atteignais le lieu de travail tôt le matin et rentrais tard le soir; pendant les heures de travail, je portais mes enfants au lieu de travail, en gardant le plus jeune dans une écharpe et l’aîné attaché à une corde. Mais maintenant, je me sens heureuse de pouvoir bénéficier d’un “centre petite enfance”, où les enfants profitent de la journée avec les gardiennes et jouent avec leurs pairs. Je veux dire un Merci du fond de mon cœur au BICE et à Aina Trust.”

Il reste beaucoup à faire pour les tout-petits

Constatant les résultats tangibles du projet Droit à une petite enfance digne, beaucoup de mères demandent désormais à en faire partie. Le partenaire opérationnel du BICE, Aina Trust, estime qu’il y a encore environ 200 enfants privés d’un environnement sain et sécurisé dans la ville et laissés à eux-mêmes durant les journées de travail de leur mère, même en bas âge.

Par ailleurs, Aina Trust vient de lancer un groupe d’entraide formé par les mères et les assistantes maternelles afin qu’elles puissent créer leurs propres activités génératrices de revenus. Cela permettrait à beaucoup de femmes qui travaillent dans l’usine et qui sont atteintes d’infections respiratoires malheureusement très courantes de trouver d’autres alternatives professionnelles que le travail dans les usines de la soie.

Le BICE se réjouit de ces résultats positifs et cherche actuellement des sources de financement pour étendre ce projet pilote à plus d’enfants.