Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Enfants handicapés en Côte d’Ivoire

©T.Louapre - BICE / Côte d'Ivoire 2012

En Côte d’Ivoire, les enfants handicapés sont particulièrement vulnérables et souvent négligés. L’enfant en situation de handicap est suspecté d’être enfant-sorcier selon l’idéologie sociale traditionnelle.

L’ordre ancestral a prévu un rite d’accompagnement pour supprimer les enfants handicapés en Côte d’Ivoire.

S’il ne meurt pas, il est à la charge de ceux qui ne peuvent pas se dérober : les parents, et surtout la mère. Il arrive que celle-ci soit chassée avec son enfant et doive en assumer seule la charge. Les maigres moyens dont disposent les familles démunies vont d’abord aux enfants valides.

Face à ce constat de violation des droits de l’enfant, le BICE agit pour l’accueil adapté des enfants handicapés et pour déstigmatiser le handicap en Côte d’Ivoire.

Le BICE agit aux côtés des enfants avec un handicap

Depuis plus de 10 ans à Abidjan, la capitale de Côte d’Ivoire, le BICE soutient le fonctionnement d’un centre d’accueil d’enfants en situation de handicap physique et/ou mental.

Objectif du projet : permettre aux enfants avec un handicap et à leurs parents d’accéder à des soins, à une éducation spécialisée, à des loisirs, à une vie sociale et à une autonomie la plus grande possible.

Les parents trouvent également un appui psychosocial et l’accompagnement dont ils ont besoin.

Activités avec les enfants avec un handicap en Côte d’Ivoire

Les activités du centre sont menées en partenariat avec l’association locale DDE-CI.

1. Activités pédagogiques, sportives et sociales :

  • Eveil précoce pour les plus jeunes enfants
  • Animations éducatives et jeux avec des enfants du quartier et des enfants handicapés deux fois par semaine
  • Activités sportives et entrainement d’un groupe d’enfants participants aux « Jeux Olympiques Spéciaux »
  • Enseignement adapté des fondamentaux aux enfants handicapés non scolarisés

2. Activités médicales :

  • Consultations médicales chaque semaine
  • Rééducation physique adaptée selon les pathologies des enfants
  • Interventions chirurgicales orthopédiques et autres facilitées
  • Création d’orthèses et de prothèses facilitées

3. Activités avec les parents :

  • Accompagnement psychologique et moral des parents par une équipe multidisciplinaire
  • Lieu d’écoute et d’échange entre parents
  • Fonctionnement de l’association de parents d’enfants handicapés : l’APEH Yop

Témoignage

La mère de Kapi, enfant souffrant d’infirmité motrice cérébrale (IMC)

Durant la grossesse de Kapi, j’étais souvent malade. J’ai eu des crises de paludisme tout au long de la grossesse.

Malgré un accouchement sans problème, mon fils est tombé dans un léger coma deux jours après sa naissance. Les sages-femmes l’ont réanimé et à ce stade, personne n’avait décelé la maladie.

A six mois, Kapi ne s’asseyait pas et les sages-femmes ont dit qu’il avait un retard psychomoteur.

Un jour, j’écoutais la radio nationale catholique et j’ai entendu parler du CESEH. J’y ai inscrit mon fils en octobre 2006. Trois ans après, il avait fait d’énormes progrès et surtout en basket.

En juin 2011, il s’est rendu en Grèce et a participé aux Jeux Olympiques spéciaux. Lorsqu’il est revenu avec la médaille en or, toute la famille et le quartier étaient fiers de lui.

Aujourd’hui, le regard de la communauté et de la famille a changé sur lui. On le respecte.
Maintenant, il prend soin de lui, s’habille bien. Il arrive à faire des saisies sur l’ordinateur.

Je remercie le BICE et tout le personnel de DDE-CI de permettre à mon fils d’avoir un avenir.