Aviculture. Une nouvelle activité pour les familles pygmées - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
Cameroun aviculture Calbril
Familles pygmées Bagyéli ©Calbril

Aviculture. Une nouvelle activité pour les familles pygmées

Calbril*, notre partenaire au Cameroun, soutient les pygmées Bagyéli. Ce peuple autochtone, qui vit dans les forêts aux alentours de la ville de Kibri, a beaucoup souffert de la pandémie de covid-19 sur le plan économique.

Partager

Soutenir

Du jour au lendemain avec le confinement et la fermeture des frontières, les pygmées Bagyéli ont perdu une grande partie de leurs moyens de subsistance. Impossible pour eux de vendre ou troquer les produits de la forêt issus de la chasse et de la cueillette. Fini aussi l’argent gagné grâce au tourisme. Un revenu important pour ce peuple dont le mode de vie, en petits groupes, la connaissance de la forêt et les pratiques culturelles attirent habituellement de nombreux visiteurs nationaux et étrangers.

Retrouver le pouvoir d’agir

Face à cette situation critique, à l’extrême pauvreté grandissante des Bagyéli, Calbril, soutenu par le BICE, a lancé un projet en décembre 2020.  Son objectif est de les aider à retrouver leur autonomie, le pouvoir d’agir. Et ce, grâce à la mise en place d’une activité génératrice de revenus : l’aviculture. Quelque 20 adultes, ayant tous des enfants et issus de quatre campements différents, ont été formés à l’élevage et à la commercialisation des poulets. Et un poulailler d’une capacité de 1 000 poussins a été fabriqué.

« Le projet prévoit que les bénéfices provenant de la vente des poulets permettent de payer la scolarité des enfants, les frais médicaux… Qu’ils améliorent les conditions de vie de l’ensemble des membres de ces quatre groupes, soit 160 adultes et 80 enfants », précise Calbril. Et les premiers retours de terrain sont très positifs. « La première livraison (860 poussins d’un jour), l’élevage de 50 jours et la vente des poulets se sont très bien passés. Les bénéfices ont été répartis équitablement au sein de la communauté. Et on constate une nette amélioration de la prise en charge quotidienne des enfants sur les plans alimentaire et éducatif. »

Leur accès à la santé amélioré

L’accès à la santé de ces populations a également été amélioré. Pour ne donner qu’un exemple, grâce à ces revenus, une jeune femme enceinte du campement de Lendi a pu se rendre régulièrement dans un centre de santé pour effectuer ses consultations prénatales. Elle a également pu accoucher en milieu hospitalier. « Aujourd’hui, elle a de quoi bien se nourrir et nourrir son bébé. Et puis, elle a aussi pu le faire vacciner contre certaines maladies infantiles. Un acte médical essentiel. » 

Les Bagyeli se préparent désormais à recevoir une nouvelle livraison de poussins. Celle-ci a pris un peu de retard en raison de la covid-19.

*Chantier d’Appui, de Loisirs et de Bricolage des Lapinos

Restez informé avec notre newsletter

    et sur...