Guatemala. Auprès des familles durement frappées par la pauvreté - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
Guatemala ODHAG 2021
© ODHAG

Guatemala. Auprès des familles durement frappées par la pauvreté

Au Guatemala, notre partenaire ODHAG apporte un soutien alimentaire, associé à une formation à la parentalité positive, à 150 familles dans les zones marginalisées près de la capitale. Nombre d’entre elles sont issues des populations autochtones mayas, qui souffrent particulièrement de la pauvreté.

Soutenir

75 % des populations indigènes, qui représentent environ 43 % des Guatémaltèques, sont affectées par la pauvreté. Ce chiffre de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) est alarmant. Et il a encore dû s’accroître avec la crise sanitaire et économique. « Ces derniers mois, témoigne notre partenaire, on voit de plus en plus de personnes mayas, y compris des enfants, mendier dans les rues de la capitale, munies d’un petit drapeau blanc fait souvent avec un sac plastique. » Cette façon de demander de l’aide s’est développée avec la pandémie. Les drapeaux blancs indiquent le manque de nourriture, rouges de médicaments. Les drapeaux noirs, jaunes ou bleus sont utilisés pour dénoncer qu’une femme, un enfant ou un homme est victime de violence.

Un enfant de moins de 5 ans sur deux souffre de malnutrition chronique

« Les inégalités d’accès à la santé, à l’éducation, à des emplois décents… présentes de longue date ont explosé depuis mi-2020. Le taux d’abandon scolaire a été très important chez les enfants issus des peuples autochtones ; ces derniers ne pouvaient suivre les cours à distance faute d’équipements. Les enfants de ces communautés sont également particulièrement victimes de malnutrition infantile, très présente au Guatemala (6e pays le plus touché au monde). Autre exemple : les informations sur la covid-19 et les mesures barrières leur ont été communiquées de façon limitée. Autant d’inégalités susceptibles de générer de la violence et des conflits sur le plan social. »

Aide humanitaire et parentalité responsable

Dans ce contexte, ODHAG* et le réseau BICE Amérique latine ont lancé, avec notre soutien, une initiative fin 2020. Elle associait aide humanitaire et sensibilisation à la parentalité positive. Ce projet d’un an a été déployé dans plusieurs villes marginalisées près de la capitale : Mixco, Villa Canales, Villa Nueva, San Miguel Petapa. Il a ainsi permis de soutenir sur le plan alimentaire 300 enfants et adolescents de 100 familles vulnérables ; dont la plupart sont issues des populations autochtones.

Des aides permettant aux familles d’accéder à Internet ont également été distribuées. 60 parents ont ainsi pu bénéficier de la formation. Et les retours sont très positifs. « Ces ateliers en ligne nous ont donné de nombreux conseils pour faciliter l’harmonie dans nos foyers ; mais aussi pour améliorer l’éducation de nos enfants afin qu’ils deviennent des adultes, des citoyens bienveillants et généreux. » Et une autre maman d’ajouter. « Je suis très reconnaissante. Je mets désormais en pratique des choses que je n’avais pas réussi à faire seule avant en tant que parent. Et ça va mieux. »

Soutien psychologique apporté aux enfants et adolescents

Depuis janvier 2022, dans la continuité de ces actions, un nouveau projet est mis en place pour une période de trois ans. Avec toujours deux axes forts : les luttes contre la malnutrition et contre la violence intrafamiliale. 150 familles bénéficient d’une aide humanitaire, ainsi que, pour les parents, d’une formation à la parentalité responsable. Des outils socio-éducatifs leur sont notamment fournis au cours d’ateliers en ligne ou en présentiel.

Les enfants et adolescents qui en ressentent le besoin peuvent en parallèle être accompagnés sur le plan psychologique. « Cette action complémentaire nous semble essentielle au regard de ce que nous avons pu constater sur le terrain lors de notre première année d’actions. Le confinement, l’isolement, la maladie, l’extrême pauvreté, la violence dans certains cas… ont généré anxiété, peur, mal-être chez certains enfants et adolescents. Nous devons être présents pour eux sur le plan psychologique », précise notre partenaire.

*Notre partenaire ODHAG : Bureau des droits de l’homme de l’Archidiocèse de Guatemala

Une formation diplômante sur la protection des enfants

Dans le cadre du premier projet (déc. 2020 – nov. 2021), mené par ODHAG et le réseau BICE Amérique centrale, un cours en ligne diplômant sur la protection des enfants à destination des professionnels de l’enfance a été lancée mi-mai 2021. Des organisations des trois pays y ont participé. Au sein du nouveau projet, une deuxième session de formation est prévue. Quelque 50 professionnels devraient y prendre part. « Nous avons consolidé les relations entre les organisations qui composent ce réseau BICE Amérique latine depuis un an. C’est très positif au niveau du partage des informations, de la transmission des savoirs, de la synergie des compétences. Nous aimerions développer cela dans les prochaines années », précise notre partenaire guatémaltèque.

    et sur...