Côte d’Ivoire. Briser le cycle de violences - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
Enfance sans violences Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire. Briser le cycle de violences

Dans le cadre de ce projet de trois ans (2022-2024), plus de 1 000 enfants seront sensibilisés à la lutte contre les violences. 40 enfants victimes de violences et 150 enfants en conflit avec la loi seront accompagnés sur les plans psychologique, juridique et social. Le projet se déploiera Abidjan (Abobo, Adjamé, Attecoubé et Yopougon) et dans la ville de Dabou.

Soutenir

En Côte d’Ivoire, les violences à l’encontre des enfants sont fréquentes, y compris au sein des familles. Humiliations, coups, privations de nourriture, abus sexuels… sont malheureusement des pratiques courantes et communément admises.

Un tiers des parents estiment que les châtiments physiques font partie de l’éducation

58 % des petites filles déclarent ainsi avoir subi des violences physiques, 19 % des abus sexuels*. Et près d’un tiers des parents estiment encore que les châtiments physiques font partie intégrante de l’éducation. Reproduction des maltraitances subies, perte de repères de la part des adolescents, sentiment d’impunité des agresseurs assurés de bénéficier d’arrangements « à l’amiable» : tout concourt à perpétuer le cycle des violences.

C’est dans ce contexte que nous développons avec notre partenaire local DDE-CI** notre nouveau projet Enfance sans violences. L’accompagnement des enfants victimes et des enfants ayant des comportements à risque y est central. Il est complété par de nombreuses actions de sensibilisation, prévention, plaidoyer et d’aide aux familles. Des actions indispensables pour initier un changement profond et durable en faveur de la protection de chaque enfant.

Nos actions pour rompre le cycle de violences en Côte d’Ivoire

Prévu sur trois ans, le projet se déploie en plusieurs volets.

En matière de prévention des violences 

• Inciter les enfants à lutter contre la violence et à la signaler : création d’un site internet national, conduite de campagnes « zéro violence » dans 6 écoles, ateliers sensibilisation auprès d’enfants déscolarisés (60 enfants par an)

• Sensibiliser les communautés à la protection de l’enfant : formation de 30 leaders communautaires, mise en œuvre d’initiatives locales de prévention et de réparation

Les bénéficiaires ciblés

Bénéficiaires directs 

  • 1 140 enfants à risque d’être victimes de violence et/ou ayant des comportements à risque sensibilisés
  • 40 Enfants victimes de violences accompagnés
  • 150 enfants en conflit avec la loi accompagnés
  • 120 parents en difficulté
  • 150 membres de l’entourage des enfants
  • 30 leaders communautaires
  • 35 professionnels de protection de l’enfance
  • 5 opérateurs de justice

Bénéficiaires indirects 

  • 3 000 enfants à risque d’être victimes de violence ou d’avoir un comportement à risque
  • 4 institutions publiques
  • 6 organisations de société civile

• Participer à l’élaboration et au suivi des politiques nationales pour mettre fin à la violence à l’égard des enfants : formation du réseau local et national de partenaires pour une prévention plus efficace ; supervision des engagements de la Côte d’Ivoire au titre du Partenariat mondial pour mettre fin à la violence à l’égard des enfants ; plaidoyer national et international

En matière d’accompagnement des enfants victimes de violence

• Accompagnement pluridisciplinaire de 40 enfants victimes de violence, y compris de nature sexuelle, et de 150 enfants en conflit avec la loi. Parmi les actions : appui psychologique ; accompagnement juridique bihebdomadaire ; atelier de psychoéducation et de résilience assistée ; prise en charge en désintoxication de 30 enfants ; ateliers de parentalité responsable en faveur de 120 parents d’enfants auteurs d’infraction ; assistance médicale de 15 enfants victimes par an

• Renforcement des compétences des professionnels dans les domaines de la résilience et de l’autonomisation : formation résilience ; formation sur la prise en charge des addictions chez les enfants ; formation sur l’accompagnement de la mise en place d’activités génératrices de revenus

• Soutenir 120 enfants et familles en rupture sociale et en grande difficulté dans la création et la gestion d’activités génératrices de revenus.

En matière de partage des bonnes pratiques de prévention et d’accompagnement

• Visite d’étude en France avec les autres partenaires du projet

* Unicef
**Dignité et Droits pour les Enfants en Côte d’Ivoire

Les violences à l’encontre des enfants sont monnaie courante : viols, injures, coups, privations de nourriture… Très souvent, les parents reproduisent ce qu’ils ont subi ; et certains adolescents qui n’ont reçu aucun repère sont capables du pire. Sans parler du système de “con­fiage” où de très jeunes ­ filles sont placées dans des familles, à la merci de leur patron et livrées à tous les abus. Ce sont ces enfants que nous recueillons dans notre centre. Là, en­fin, ils se sentent à l’abri et peuvent retrouver la paix. Ensuite, un accompagnement pluridisciplinaire se met en place pour soutenir leur résilience et les aider à repartir dans la vie.

Éric Mémel, chargé de programmes de DDE-CI

    et sur...