Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

18 février 2019 | 17:52

À L’ÉCOUTE BIENVEILLANTE DES ENFANTS VICTIMES DE VIOLENCES

À L’ÉCOUTE BIENVEILLANTE DES ENFANTS VICTIMES DE VIOLENCES

Dans 5 pays d’Europe orientale où le BICE mène son programme contre les violences, y compris sexuelles, à l’encontre des enfants, les bonnes pratiques se concrétisent.

Dans 5 pays d’Europe orientale où le BICE mène son programme contre les violences, y compris sexuelles, à l’encontre des enfants, les bonnes pratiques se concrétisent. Le BICE initie la mise en place de l’une d’elles : l’audition bienveillante, essentielle à la bonne prise en charge des enfants victimes.

 

Dans les cas de violences sur l’enfant, et particulièrement de nature sexuelle, l’audition de la petite victime est une étape cruciale de l’enquête. Il s’agit d’obtenir le maximum d’informations sans ajouter au choc déjà subi, ni suggérer à l’enfant des réponses qui pourraient fausser son témoignage. C’est dire l’importance qu’il y a à recueillir sa parole dans les meilleures conditions possibles.

Les salles d’audition sont ce qui existe de plus approprié pour une écoute bienveillante des victimes. Les enfants y sont interrogés par des professionnels dûment formés. La salle est aménagée pour être agréable pour l’enfant. Elle se trouve si possible en dehors du commissariat pour que l’enfant ne soit pas en contact avec d’éventuelles scènes de violences.

 

Des conditions d’écoute des enfants victimes idéales à Odessa

Ces conditions idéales sont celles que nous avons réunies à Odessa, en Ukraine. La salle, financée par le BICE, est opérationnelle depuis novembre 2018. Elle est installée dans une polyclinique où l’enfant victime peut passer les éventuels examens médicaux nécessaires. Des policiers spécialement formés aux pratiques d’écoute ont participé eux-mêmes au choix du lieu. Le fonctionnement de la salle est en outre pris en charge par la municipalité. Notre partenaire et nous-mêmes assurant la formation des équipes qui y ont recours.

 

Des avancées en Arménie pour les enfants victimes d’abus

Une salle de ce type a également été installée en 2018 à Erevan, en Arménie. Auparavant, la police n’était pas autorisée à intervenir dans les familles, même en cas d’abus ou de violences domestiques. Mais depuis peu, avec l’adoption d’une nouvelle loi qui permet enfin d’agir dans la sphère familiale, la prise en charge des enfants victimes évolue beaucoup. L’installation de la salle d’audition arrive donc à point nommé. Les policiers qui seront amenés à y conduire les auditions vont suivre notre formation aux bonnes pratiques de recueil de la parole des enfants. C’est même tout un corps de police qui est en train d’être formé aux affaires familiales.

Cette nouvelle salle d’audition bienveillante permettra donc aux enfants d’être enfin entendus dans un cadre rassurant. Mais sa mise en place aura permis encore d’autres progrès : les policiers se sont, par exemple, rapprochés des travailleurs sociaux autrefois méfiants à leur égard. A tel point parfois qu’ils préféraient ne pas leur signaler les violences connues. En cas d’urgence, les policiers sauront à quels thérapeutes et travailleurs sociaux faire appel pour les assister. Peu à peu, c’est tout un réseau professionnel compétent qui se crée autour des enfants.