Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

13 octobre 2020 | 12:47

Journée mondiale du refus de la misère

refus de la misère - journée du 17 octobre
Illustratrice : Cécile Wintrepert / Origine : Collectif France 17 octobre

Célébrée chaque année le 17 octobre, la Journée mondiale du refus de la misère fait entendre la voix des personnes en situation d’extrême pauvreté et mobilise les citoyens dans la lutte contre la misère. Elle aura cette année pour thème « Agir ensemble pour réussir la justice sociale et environnementale ».  À l’invitation de l’association d’ATD Quart-Monde, l’organisateur de l’événement, le BICE participera à cette mobilisation aux côtés d’autres associations.

Une journée de rassemblement autour d’une lutte commune

La Journée mondiale du refus de la misère est née de l’initiative du père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart-Monde ; et de celle de milliers de personnes qui se sont rassemblées sur le parvis des Droits de l’Homme à Paris le 17 octobre 1987. Depuis 1992, cette journée est officiellement reconnue par les Nations unies. Son but est de donner la parole à ceux qui sont habituellement réduits à leurs difficultés. Il est en effet important qu’ils puissent s’exprimer sur les conditions dans lesquelles ils vivent et sur leurs aspirations.

Elle invite les citoyens et les responsables publics à comprendre comment la misère peut être combattue ; et comment chacun peut agir à son niveau dans cette lutte. Chaque année, de nombreux élus, citoyens et associations multiplient ainsi les initiatives afin d’offrir un écho particulier à cette journée. Et ce, en l’honneur des victimes de la misère et pour une mobilisation de tous les défenseurs des droits de l’homme.

Vers une justice sociale et environnementale

Il y a un an, Philip Alston, rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, expliquait : « Le changement climatique menace de défaire les progrès des 50 dernières années en matière de réduction de pauvreté ». Il soulignait également un risque d’apartheid climatique ; entre ceux qui auraient les moyens de s’adapter aux changements climatiques et les plus pauvres qui subiraient durement ces changements. Comme c’est déjà le cas dans certaines régions du monde.

Cette année, la Journée mondiale du refus de la misère souhaite ainsi sensibiliser tout citoyen à ce lien qui existe entre justice sociale et justice environnementale, grâce à son thème et à son symbole : le vélo. Il s’invite d’ailleurs sur l’affiche du 17 octobre comme élément moteur de cette journée. Avec ses deux roues, une pour la justice sociale et l’autre pour la justice environnementale ; sa chaîne résistante, représentant les défenseurs des droits de l’homme unis les uns aux autres ; mais aussi son équilibre, symbole d’une société où chacun participe et contribue à l’équilibre écologique et social.

Une journée pleine de temps forts

Comme chaque année, la Journée mondiale du refus de la misère aura lieu sur le Parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro, à Paris, samedi 17 octobre. Les animations qui y seront proposées ont été adaptées aux dernières mesures sanitaires annoncées, afin que tous les participants puissent profiter de cette journée sereinement.

Au programme :
– Accueil du public et mise à disposition de plusieurs supports d’expression : livre d’or, fresque, vélo à décorer sur le thème de la justice sociale et environnementale
Performances musicales
Prise de parole de personnes en situation d’extrême pauvreté
Lecture de témoignages d’enfants du monde en situation d’extrême pauvreté, par le BICE
Intervention de personnalités

En parallèle, une table-ronde « Agir pour la planète sans oublier les pauvres : (im)possible ? » sera organisée de 11h à 13h, sous forme de vidéo-conférence diffusée en live sur YouTube. Les spectateurs pourront poser leurs questions sous forme de commentaires.

Nous vous espérons nombreux à nos côtés ce jour-là !