Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

25 février 2016 | 12:17

Situation alarmante des enfants migrants à Calais

Situation des enfants migrants à Calais
©Anjo Kan - Shutterstock.com

Le BICE partage les inquiétudes de la Défenseure des enfants quant aux conditions de vie des enfants dans la « jungle » de Calais et appelle au respect de leurs droits fondamentaux.

Le 22 février, la Défenseure des enfants, Mme Geneviève Avenard, s’est rendue à Calais dans le camp de la Lande afin d’observer la situation des enfants migrants, isolés ou accompagnés, y résidant.

Le sort des enfants migrants au cœur des préoccupations

Les enfants de la « jungle » de Calais vivent dans des conditions extrêmement précaires et insalubres. Leurs droits les plus fondamentaux ne sont pas respectés et nombreux sont ceux à être victimes de violence.

Durant sa visite, la Défenseure des enfants n’a pu que déplorer que le droit à l’éducation de ces enfants est loin d’être assuré.

Actuellement, la seule possibilité pour eux d’aller à l’école repose sur une initiative associative, l’Ecole Laïque du Chemin des Dunes, qui pallie le manquement de l’Etat en la matière.

On estime que 326 mineurs isolés se trouvent actuellement à Calais dont un quart aurait moins de 15 ans. Ces derniers ne bénéficient pas d’un accompagnement et d’une prise en charge adaptée et spécifique.

Protéger les enfants migrants de manière urgente

A l’issue de sa visite, la Défenseure des enfants a réitéré sa recommandation d’ouvrir un dispositif de mise à l’abri inconditionnelle sur le site pour les enfants isolés.

Le BICE et les membres de son réseau ont également déjà exprimé leur préoccupation vis-à-vis du traitement réservé par l’Union européenne et ses Etats membres aux milliers de personnes, y compris des enfants, fuyant les conflits et la persécution.

Le BICE et les membres de son réseau tiennent à rappeler la déclaration « Plaidoyer pour des solutions durables en faveur des enfants fuyant les conflits et les persécutions », largement diffusé en novembre 2015.

Ils y rappellent les obligations juridiques des Etats, y compris la France, vis-à-vis de la protection des enfants migrants et réfugiés.