Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

Changer une vie 2 :
mieux accompagner les enfants
en situation de handicap

Programme Changer une Vie 2 en Russie - enfants en situation de handicap

Le BICE et ses partenaires locaux s’attachent, dans le cadre de ce programme*, à ouvrir les internats russes aux parents, bénévoles et experts. L’objectif est d’améliorer l’accompagnement des enfants en situation de handicap et de leur redonner une place dans la société.

Le contexte

Il existe en Russie 130 internats pour les enfants en situation de handicap (IESH). Y vivent environ 19 000 enfants âgés de 4 à 18 ans (parfois jusqu’à 21 ans). Un tiers ont des handicaps lourds et multiples. Ils sont alors placés dans des services spéciaux dits de « Miséricorde » et représentent le groupe le plus vulnérable.

Dans ces IESH, l’environnement sensoriel proposé est extrêmement pauvre. Les stimulations éducatives sont en effet rares. Les enfants n’ont souvent pas la possibilité de créer de lien avec un ou plusieurs adultes de référence. Ces conditions de vie ont des conséquences dramatiques sur leur développement, leur santé, leur bien-être, leur inclusion dans la société.

De plus, peu de parents maintiennent des liens avec eux. Ils sont pourtant près de 60% à avoir conservé leurs droits parentaux.

Les partenaires de mise en œuvre du programme Changer une vie 2
et les lieux d’interventions

Ce programme est coordonné sur le terrain par deux ONG :

Centre de pédagogie curative
http://www.ccp.org.ru/en/

ONG Perspektivy
http://www.perspektivy.ru/eng

Les lieux d’intervention du programme Changer une vie 2 :
Il est mis en place dans des IESH et des internats psycho-neurologiques (ouverts aux 18-21 ans) à Gaï dans l’oblast d’Orenbourg, Goloven’kovskiy dans l’oblast de Toula, Orekhovo-Zuyevo, Moscou, Murygino dans l’oblast de Kirov, Pavlovsk, Saint-Pétersbourg et Samara.

Kirill, enfant en situation de handicap en Russie

Découvrez ici l’histoire de Kirill, un enfant en situation de polyhandicap qui a vu sa vie changer depuis l’ouverture de l’internat qui l’héberge à des accompagnants bénévoles.

Les objectifs et les activités mises en place

L’objectif général est de faire respecter le droit fondamental des enfants en situation de handicap à vivre dans la communauté et à pouvoir y développer leur plein potentiel, conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant et à la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Pour cela, plusieurs objectifs spécifiques ont été établis ainsi que les activités correspondantes à mettre en place.

1. Améliorer la qualité de vie des enfants en situation de handicap vivant dans les internats concernés par le projet. Et ce, grâce à une plus grande inclusion dans la communauté et à un meilleur accès aux loisirs, à l’éducation et à la santé.

– Développement de l’accompagnement des enfants par des bénévoles : réalisation d’activités récréatives et éducatives, apprentissage des gestes du quotidien…

– Organisation d’activités éducatives en dehors des internats et/ou avec la participation des personnes externes aux internats : promenades, visites culturelles, socialisation en petit groupe, art thérapie…

– Valorisation de la participation des familles connues.

– Assistance juridique à destination des familles, des bénévoles, des ONG… afin de garantir aux enfants le respect de leurs droits et de leurs intérêts.

– Développement de la participation des enfants et jeunes adultes dans les prises de décision qui les concernent ou dans la défense de leurs droits. Une rencontre avec un expert international dans le domaine de l’autodétermination devrait également se dérouler.

2. Création d’un réseau stable de bénévoles auprès des enfants placés en internat.

– Recrutement de nouveaux bénévoles, par le biais de campagnes d’information, formation de tous les bénévoles et mise en place d’un coordinateur régional.

– Visite des enfants au moins une fois par semaine.

– Coopération étroite entre les bénévoles et le personnel des internats afin de garantir une continuité dans les activités proposées.

3. Vérifier que les internats respectent l’ordonnance N°481. Cette ordonnance de 2015 impose aux internats de favoriser le placement des enfants dans des familles d’accueil et de restructurer leurs établissements en foyers de type familial.

– Contrôle de la bonne mise en place de l’ordonnance N°481 par un groupe d’experts formés de plusieurs ONG et des autorités concernées. Au cours du projet, six internats seront ainsi visités.

– Actions de plaidoyer auprès des autorités locales afin qu’elles coopèrent davantage avec les internats et les ONG locales.

4. Valorisation de la participation des familles dans la vie de leurs enfants institutionnalisés.

– Rétablissement des liens avec les familles biologiques connues. Les parents volontaires sont accompagnés et les visites encouragées.

– Développement des activités avec les familles.

– Maintien des liens avec les parents ne désirant pas s’engager dans les activités communes avec l’envoi régulier de nouvelles.

– Organisation de rencontres trimestrielles avec un juriste sur différentes thématiques : processus de désinstitutionnalisation, rétablissement des droits parentaux ou encore alternatives aux internats.

5. Amélioration des connaissances et compétences des employés des internats et des accompagnateurs (bénévoles, intervenants externes et familles) afin d’améliorer la qualité de vie des enfants.

– Organisation de 24 sessions de formation sur les méthodes d’accompagnement des enfants en situation de polyhandicap. Les objectifs : améliorer la qualité des soins, encourager le développement des enfants et augmenter leur niveau d’autonomie.

– Valorisation du personnel des internats et de leur métier.

* Ce projet Changer une vie 2 fait suite au programme du BICE et de ses partenaires Changer une vie (2016 – 2018). Réalisé en Russie, en Géorgie et au Kazakhstan, il a mis en avant les progrès effectués par la Géorgie et le Kazakhstan dans le domaine de la désinstitutionnalisation. Ce constat a donc conduit le BICE à concentrer les efforts du présent projet sur la Russie. Pays dans lequel le nombre d’enfants institutionnalisés est le plus élevé, dont les conditions sont les plus précaires et la réforme des internats est la moins avancée.
Retrouvez les informations sur le programme précédent ici.

En Russie, le BICE a également mené de 2017 à 2019 une action dans le domaine de l’éducation inclusive.