Notre mission :

Défendre les droits et la dignité des enfants partout dans le monde

4 mai 2020 | 12:19

« De nombreux gestes emplis de tendresse et d’espoir se développent »

Actions en uruguay pendant le covid-19

En cette période de confinement, JPC, partenaire du BICE en Uruguay, multiplie les initiatives pour rester en contact avec les enfants, adolescents et familles qu’il accompagne, notamment dans les quartiers populaires de Montevideo.

En Uruguay, le gouvernement a mis en place une politique d’incitation au confinement en vue d’endiguer la propagation de la Covid-19 « Une période stressante pour les enfants, adolescents et familles que nous accompagnons et que nous ne pouvons plus accueillir en ce moment, témoigne le partenaire du BICE en Uruguay, Juventud para Cristo (JPC), qui gère des centres dédiés aux adolescents et des structures familiales dans des quartiers défavorisés. Mais malgré cela, malgré toutes les difficultés que cela génère, se développent de nombreux gestes et actions solidaires, emplis de tendresse et d’espoir. Autant d’actes qui participent à la résilience des communautés. »

Paniers alimentaires et ateliers en ligne

Ainsi, outre les paniers alimentaires distribués quotidiennement aux familles des enfants suivis dans ces centres, de nombreux ateliers se poursuivent via Internet. Et avec eux, des moments de partage, de complicité. Des recettes de cuisine et des séances de danse notamment réunissent chaque semaine sur les réseaux sociaux les adolescents du quartier populaire Flor de Maroñas à Montevideo.

Une autre activité, toujours en direction d’adolescents, est mise en place : le ciné forum. Elle s’adresse à une quarantaine de jeunes de l’Institut uruguayen de l’enfance et de l’adolescence (INAU). Des jeunes déjà bénéficiaires du programme de Lutte contre la violence du BICE. Et issus de 15 départements uruguayens différents. Après la présentation d’un court-métrage, les participants (10 maximum) peuvent échanger, en ligne, leurs idées et expériences, leurs réflexions. Huit forums de cinéma sur la prévention de la violence, mais aussi sur la pandémie sont prévus.

Dans les centres de soins pour les enfants et les familles (CAIF) de Mainumbi et Macachines, les éducateurs et les habitants partagent eux sur le net des activités manuelles, des coups de cœur musicaux, des liens vers des sites éducatifs intéressants. Les éducateurs du CAIF de Mainumbi ont même enregistré une chanson afin de saluer les familles et les enfants avec lesquels ils s’attachent à rester en contact… à distance.

Favoriser l’éducation positive

Chaque lundi, depuis début mai, un espace musical dédié aux enfants est transmis en direct sur YouTube. On peut y écouter des chansons et découvrir un grand nombre d’activités à réaliser en famille. Des activités qui favorisent l’éducation positive. Des adolescents volontaires participent notamment à la réalisation de ce programme. Ces derniers invitent d’ailleurs leurs pairs à accompagner leurs frères et sœurs plus jeunes dans ces activités.

Enfin, JPC organise des conférences en ligne pensées pour les organisations avec lesquelles elle travaille. Elle a pris exemple sur les conférences organisées par le BICE pour répondre à la situation d’urgence créée par la COVID-19. Le BICE anime en effet depuis quelques semaines sur sa chaîne Youtube des webinairs dans le but d’aider les parents et les adultes référents, les enseignants et nos partenaires sur le terrain.

Ces conférences s’articulent autour de trois thèmes : « Face à la pandémie, les droits des enfants ne sont pas en suspens » ; « Prendre soin de ceux qui prennent soin d’eux » ; et « Les défis d’une éducation positive en temps de pandémie ». Elles sont l’occasion de partager des idées, de dialoguer entre professionnels. Et ce, afin d’élaborer des stratégies pertinentes pour faire face à cette situation de pandémie.