Monde. Augmentation du travail des enfants - BICE - ONG de protection des droits de l'enfant
X
le travail des enfants
© Thomas Louapre

Monde. Augmentation du travail des enfants

Le nombre d’enfants victimes du travail des enfants s’élevait à 160 millions en 2020, selon le dernier rapport* de l’Organisation internationale du travail et de l’Unicef. Et ce phénomène devrait encore prendre de l’ampleur d’ici fin 2022 en raison de la pandémie de covid-19 et de l’augmentation de la pauvreté.

Partager

Soutenir

« Ces estimations sont un signal d’alarme. Nous ne pouvons pas rester sans rien faire quand une nouvelle génération d’enfants est mise en péril », s’inquiète le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder. Alors qu’entre 2000 et 2016, le travail des enfants avait reculé de 94 millions, on assiste depuis 2016 à une inversion de la tendance. Le nombre d’enfants travailleurs a en effet augmenté de 8,4 millions en quatre ans pour atteindre 160 millions en 2020, selon l’OIT et l’Unicef.

Hausse importante du nombre d’enfants travailleurs âgés de 5 à 11 ans

C’est la première fois depuis 20 ans que ce chiffre augmente. Le constat est préoccupant. D’autant qu’est observée une hausse importante du nombre d’enfants de 5 à 11 ans victimes de ce fléau. Ces derniers représentent aujourd’hui plus de la moitié de l’effectif total. Le nombre d’enfants (5-17 ans) astreints à des travaux dangereux** a lui aussi augmenté (+ 6,5 millions depuis 2016) pour atteindre 79 millions en 2020. Autres données : 70% des enfants travaillent dans le secteur agricole, 20% dans les services et 10% dans l’industrie. Enfin, l’Afrique subsaharienne est la zone la plus touchée par ce problème, avec une très forte augmentation (+16,6 millions d’enfants travailleurs) en quatre ans. L’OIT et l’Unicef identifient plusieurs causes dont l’extrême pauvreté, les crises récurrentes et des mesures de protection sociale inadaptées.

« Le moment est venu de briser le cycle de la pauvreté et du travail des enfants »

Malheureusement, ce n’est pas tout. Le rapport prévient en effet que neuf millions d’enfants supplémentaires risquent d’être poussés vers le travail d’ici fin 2022 en raison de la pandémie. Une projection qui concerne également les régions qui ont connu des avancées depuis 2016 : Asie, Pacifique, Amérique latine et Caraïbes. Selon le rapport, ce chiffre pourrait même atteindre 46 millions si les familles démunies ne sont pas soutenues sur le plan social. « Une protection sociale inclusive permet aux familles de maintenir leurs enfants à l’école même en cas de difficultés économiques, précise Guy Rider. Nous sommes à un moment charnière et beaucoup dépend de notre réponse. Le moment est venu de renouveler notre engagement et notre énergie pour passer ce cap et briser le cycle de la pauvreté et du travail des enfants. »

Investir dans l’éducation et la protection sociale

Pour contrer ce fléau, l’OIT et l’Unicef émettent plusieurs recommandations. Et notamment : la hausse des dépenses consacrées à une éducation gratuite*** et au retour de tous les enfants à l’école ; la mise en place d’une protection sociale convenable pour tous, y compris des allocations familiales universelles ; et la promotion d’un travail décent pour les adultes, pour que les familles n’aient plus besoin de recourir au travail des enfants pour générer un revenu familial.

Des recommandations entièrement partagées par le BICE qui, sur le terrain auprès de ses partenaires, s’attache à promouvoir une éducation de qualité pour tous et à développer des activités génératrices de revenus pour permettre aux familles les plus démunies de devenir autonomes sur le plan financier.

*OIT et Unicef, Travail des enfants : estimations mondiales 2020 – les tendances et le chemin à suivre, juin 2021

**Travail susceptible de nuire à la santé, la sécurité ou le développement moral des enfants.

***Près de 28% des enfants âgés de 5 à 11 ans et 35% des enfants âgés de 12 à 14 ans astreints au travail des enfants ne sont pas scolarisés.

« Il n’est pas possible de fermer les yeux sur l’exploitation des enfants, privés du droit de jouer, d’étudier et de rêver. Renouvelons ensemble l’effort pour éliminer cet esclavage de notre temps. »

Pape François, juin 2021

Restez informé avec notre newsletter

    et sur...